28/03/2009

Fatigué de la vie

Je me pose tranquillement

Je me mets à réfléchir

Où est le bonheur ?

Où sont mes sourires ?

J’ai tout perdu pour de bon

Sauf mes souvenirs

Et je n’ai plus de cœur!

Et je n’ai pas d’avenir!

Le pire c’est que je n’ai pas peur

La seule chose que je peux dire

C’est que si rien ne fini celui-ci

A l’infini j’écris

Que la vie me fatigue

En silence je le crie

Fatigué de la vie

 

Qu’on me donne un peu d’amour

A la place de l’or

Je n’ai pas envie d’un séjour

Au royaume de la mort

Chaque combat est difficile

Se battre pour s’en sortir

Au plus profond de mon âme

Je dois faire ressurgir

Cette force qui vous redonne

L’envie de ne pas périr

Mais celle-ci m’abandonne

Je suis comme fini

La seule chose que je peux dire

C’est que si rien ne fini celui-ci

A l’infini j’écris

Que la vie me fatigue

En silence je le crie

Fatigué de la vie

 

On ne joue pas avec le cœur

D’un homme prêt à se jeter dans le vide

Ce peut il qu’il soit déjà l’heure

Pour moi de partir?

Comme tout le monde on fait des erreurs

Mais du mal on m’en a fait aussi

On n’oublie pas les douleurs

Mais le pardon j’ai appris

Eux gardent ils de la rancœur?

Eux qu’ont- ils appris?

De toute façon la mort réuni

La haut tout ceux déjà parti

Je voudrais juste que mon départ

Soit simplement réussi

J’ vais quand même laisser voir venir

Je n’ai pas goûté au bonheur

Totalement par ici

La seule chose que je peux dire

C’est que si rien ne fini celui-ci

A l’infini j’écris

Que la vie me fatigue

En silence je le crie

Fatigué de la vie

 

Si la vie ne te souris pas

Alors souris à la vie

Auprès de ta famille

Et avec tes amis

Ma devise sont ces mots ci

Que je partage avec vous et avec envie

Le seul remède à tout ceci

C’est du bonheur et aussi

De l’amour dans le cœur

Et l’amitié qui nous lie

Kaolin mélange les couleurs

C’est une belle philosophie

Qu’il faudrait appliquer avec ardeur

Mais avec des si…

La seule chose que je peux dire

C’est que si rien ne fini celui-ci

A l’infini j’écris

Que la vie me fatigue

En silence je le crie

Fatigué de la vie

 

20:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (7)

22/03/2009

Plus tout à fait moi

Comment faire pour te montrer ma peine ?

Comment fait on pour dire je t’aime ?

Et tout ce mal fait pour rien

Les mots agissent comme du venin

 

Encore faut il être sincère

En amour tout devient éphémère

Quelques chiffres sur la main

Qui dansent et âpate le pantin

 

Comment faire pour te dire que je saigne ?

Comment fait on pour entendre un je t’aime ?

Et il se propage lentement

Il coule en toi à feu et à sang

 

J’aurai donné le mien, pour sauver tes veines

Tant pis si je ne récolte pas ce que je sème

On ne peut rien contre la douleur

Et elle te bouffe de l’intérieur

 

Comment faire pour me délivrer de mes chaînes ?

Comment oublier le chant de la sirène ?

Qui t’envoûte l’esprit et le corps

Et rien à faire malgré tes efforts

 

Et regarde ou tout ça nous mène

Nos silences courent à perdre haleine

A bout de souffle faut que je respire

Avant que le néant ne m’asspire

 

Comment faire pour que tu comprennes ?

Comment évite t’on les rengaines ?

Que ça ne devienne prise de tête

Et adviendra ce qu’il advienne, peut être!

 

Mais l’amour aussi se monnaie

Pour être dans les bras d’ana, faut que je paye

Mais où sont passés mes principes ?

Une bonne cuite et ils prennent la fuite

 

Des euros contre un peu de sexe

Je n’en fais pas un complexe

Avec toi c’est si bon ana

Et j’ai le compte juste dans mes doigts

 

Comment faire pour que plus rien ne nous blesse

Il suffit de quelques caresses

Je ne crois pas avoir changé

Je me laisse juste vivre, sans me soucier

 

Mais je n’ suis plus tout à fait

Tout à fait moi

Mais je n’ suis plus tout à fait

Tout à fait moi

Mais je n’ suis plus tout à fait

Tout à fait moi

Mais je n’ suis plus tout à fait

Tout à fait moi…

11:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (6)

15/03/2009

Sans vie

La vie a de quoi vous rendre fou

Et l’amour n’en parlons pas

Et quand on mélange le tout

Il faut s’accrocher sans quoi

Tu glisses, tu glisses

Mieux vaut rester sur tes gardes

 

J’ai pris mon mal en patience

Mais l’esprit est plus fort que moi

Je n’ai jamais aimé les silences

Le tien ressemble à ceux que j’ai connu autre fois

Ils me finissent, finissent

Seul comme moi

 

Pourquoi je n’ai plus envie de rien

Pourquoi aimer est si simple pour vous

Pourquoi j’ai toujours la même fin

Pourquoi mon cœur est à bout

Sans vie, sans vie, sans vie

 

La vie est un vrai bordel

Et l’amour peut aveugler

Et quand les sentiments s’en mêlent

Il faudrait apprendre à mieux se protéger

Je t’invite, t’invite

A la prudence et a tout bien penser

 

J’ai pris le temps d’écouter

Mais l’esprit m’a semé le doute

Puis à trop vouloir peser

Le bien, le mal, tout me dégoûte

Sans rire, sans rire

Au final que faire, que dire?

 

Pourquoi je n’ai plus envie de rien

Pourquoi aimer est si simple pour vous

Pourquoi j’ai toujours la même fin

Pourquoi mon cœur est à bout

Sans vie, sans vie, sans vie

 

La vie est bien plus qu’un combat

L’amour une arme que l’on ne maîtrise

Et quand il fait des dégâts

Il n’y a rien pour réparer le mal qui t’enlise

Écrire, écrire,

C’est ma seule arme a moi

 

Je n’ai plus envie de rien

Aimer c’est si simple pour vous

Moi j’ai toujours la même fin

Mon cœur lui est à bout

Fini, fini

Sans vie, sans vie, sans vie...

20:20 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (3)

08/03/2009

Elle... c'est une étoile filante

Résonne dans ma tête

L’écho de ta voix

La folie me guette

Puisque j’étais fou de toi

Maintenant que tu me blesses

Tu t’éloignes lentement

Il faut que j’encaisse

Le coup, et dès à présent

Je mets à écrire

Ce que je ressens

Les mots ne vont pas s’enfuir

Mais pourquoi cette histoire,

n’a pas de sens

 

Elle dans le ciel

C’est une étoile filante

Qui brille, puis disparaît

Me laissant seul dans la tourmente

Elle se révèle être

Une étoile filante

Sans buts et sans repères

Mais ton sourire lui me hante

 

Ressurgit dans ma tête

Ces moments, entre toi et moi

Faut que ça s’arrête

Il faut que j’efface tout cela

Toujours ma faiblesse

Écrire mais ne pas en vouloir

Ce qui m’intéresse

C’est l’émotion et l’espoir

Je commence à décrire

Mes sensations intérieures

Les phrases font ressurgir

La peine enfuie dans mon cœur

 

Elle dans le ciel

C’est une étoile filante

Qui brille, puis disparaît

Me laissant seul dans la tourmente

Elle se révèle être

Une étoile filante

Sans buts et sans repères

Mais ton sourire lui me hante

 

Rappel dans ma tête

De ce 31 ensemble

La joie et puis la fête

C’était parfait ! Enfin il me semble ?

Tout cela est bien loin

Mais je ne peux toujours pas comprendre

Pourquoi d’un coup plus rien

J’étais comme un con à attendre

Puisqu’on ne peut rien réécrire

Mes yeux se sont tournés vers le ciel

J’ai vu filer sans rien dire

De la poussière qui retombait

en une pluie d’étincelle

 

Elle dans le ciel

C’est une étoile filante

Qui brille, puis disparaît

Me laissant seul dans la tourmente

Elle se révèle être

Une étoile filante

Sans buts et sans repères

Mais ton sourire lui me hante

 

20:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (5)

01/03/2009

Un homme a froid

On n’a pas eu le temps de se connaître

Mais du peu moi j’ai essayé d’être

Celui qui te donnerai confiance

Toi tu n’as fait que disparaître

En moi la confusion est venue naître

J’ai laissé libre place à la méfiance

 

Et je m’ suis fait une raison

Plus de tes nouvelles oh que non

Et sûrement tu m’oublies déjà

Rien ne sert de se dire à quoi bon

Les gens changent comme les saisons

On n’y peut rien, c’est comme ça

 

Qu’y aura-t-il à l’avenir ?

Le meilleur ou bien le pire ?

J’aimerai être devins parfois

Écrire et puis encore écrire

Même si ça ne te fait pas revenir

Entre mes doigts

Et dans mes bras

 

J’ai cru ce qu’ils m’ont dit de toi

La vérité n’est pas toujours ce qu’on croit

Mais plutôt celle que l’on découvre

En tout cas je n’ leurs en veux pas

A toi non plus, je suis comme ça

Il n’y a qu’un vieux chemin que je retrouve

 

Et si jamais tu revenais

Je ne sais pas ce que je ferai

J’écouterai tes explications

Et puis chaque mot je les pèserai

A la fin je déciderai

Je n’en sais trop rien au fond

 

Puisque l’on ne peut rien prédire

Ni le meilleur et ni le pire

Avec mes questions, je reste là

Écrire et puis encore écrire

Même si ça ne me fait pas revenir

Entre tes doigts

Et dans tes bras

 

Tant qu’on ne m’empêche pas d’ rêver

Je vais continuer d’espérer

Au destin le libre choix

Je vais continuer de voyager

Dans des pays, dans mes pensées

Visiter les plus beaux endroits

 

En attendant plus qu’un sourire

En attendant plus que frémir

La patience et moi on s’alliera

Pourquoi l’amour fait tant souffrir

Il arrive toujours à mentir

J’essaye mais je ne comprends pas

 

Puisqu’on ne peut prédire l’avenir

Puisque le meilleur devient le pire

Faudra rester fort pas d’autres choix

Il me reste toujours des souvenirs

Qui m’ font écrire et encore écrire

Qu’un homme à froid

À froid sans toi

20:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (9)

22/02/2009

Assis à ma fenêtre

Je suis assis, à ma fenêtre

Et ce ciel gris, comme compagnie

Je me vois, lentement disparaître

Comme les gouttes, de la pluie

Il me manque, comme à cet arbre la sève

Je dois reprendre, mes esprits

Ce peut il, que ce soit un rêve

Ou la dure, réalité de la vie

 

Et je me fous, de ce qui m’arrive

Et je n’ai pas peur, de la mort

Pas peur, de toutes les dérives

Puisque, de toute façon j’ai toujours tord

La seule chose, que je peux dire

C’est que je me fous, de ce qui m’arrive

Je n’attends pas le meilleur, mais le pire

Finir, par traverser l’autre côté de la rive

Sur ça, il n’y a pas de méprise

Sur ça, il n’y a pas de méprise

 

Je regarde, à travers les carreaux

Le paysage, en vaut la peine

Avant tout, me semblait si beau

Aujourd’hui, je suis en quarantaine

L’espoir, de me voir sourire

C’est comme, croire aux monts et merveilles

Il n’y a plus rien, que je désire

Ici, plus rien n’est pareil

 

Je n’ai pas l’impression, de vivre

Je m’en vais, sans dire un mot

Je ne suis qu’une ombre, qui va suivre

La route qui mène, aux maux

Et je me fous, de qu’ils disent

Ça fait longtemps, que je n’entends plus

Leurs chuchotements, comme une brise

Non vraiment, ne m’ont jamais eu

Sur ça, j’en suis convaincu

Sur ça, j’en suis convaincu

 

Je reste assis, à ma fenêtre

Et ce ciel gris, qui continue

J’aurai aimé, voir sur ce hêtre

Un rayon de soleil, mais ce fût

Un foudroyant éclair

Le petit arbre, a disparu

Moi quand m’en irai je ? Mystère

Le temps ici ne ce compte plus

Sur ce, je vous dit salut

Sur ce, je vous dit salut

 

Car je me fous, de ce qui m’arrive

Et je n’ai pas peur, de la mort

Pas peur, de toutes les dérives

Puisque, de toute façon j’ai toujours tord

La seule chose, que je peux dire

C’est que je me fous, de ce qui m’arrive

Je n’attends pas le meilleur, mais le pire

Finir, par traverser l’autre côté de la rive

Sans regrets, sans regrets

Quitter cette vie, sans regrets

15:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (6)

15/02/2009

Il m'arrive si souvent de penser que...

Trouver les mots justes

Pour les mettre sur une belle musique

Même si on déguste

Trouver du beau dans le tragique

Mes textes sont toujours noirs

Je dois être un petit peu comme eux

Les couleurs se font rares

Mon cœur lui collectionne les bleus

 

Je ne sais pas quand cela s’achève

Mais je voudrai que ça se termine

Que l’amour gagne et règne

Sur ma vie, vaincre cette déprime

Du haut de mes efforts

Es qu’un jour j’y arriverais ?

Me battre, j’essaye encore

De toutes mes forces je lutterai

 

Trouver un sourire

Qui vienne me redonner l’envie

D’enfin pouvoir écrire

Autre que le gris de ma triste vie

Mes mots sont bien réels

C’est ceux que j’ai dans mon fort intérieur

Je rêve de trouver celle

Qui me fera goûter au bonheur

 

Je ne sais pas quand cela s’achève

Mais je voudrai que ça se termine

Que l’amour gagne et règne

Sur ma vie, vaincre cette déprime

Du haut de mes efforts

Es qu’un jour j’y arriverais ?

Me battre, j’essaye encore

De toutes mes forces je lutterai

 

Trouver un regard

Dans lequel je perdrai le mien

Que brille enfin l’espoir

Pour voir de meilleurs lendemains

J’ai mal, je suis perdu

Comment faire pour ne pas douter

L’amour il faut plus que l’avoir vécu

Pour pouvoir seulement en parler

 

Je ne sais pas quand cela s’achève

Mais je voudrai que ça se termine

Que l’amour gagne et règne

Sur ma vie, vaincre cette déprime

Du haut de mes efforts

Es qu’un jour j’y arriverais ?

Me battre, j’essaye encore

De toutes mes forces je lutterai

 

Ai-je trouvé les bons mots ?

Ça je ne saurai le dire

La peine mon lourd fardeau

Que je traîne et puis je soupire

Il m’arrive si souvent

De penser que certaines personnes

Sont faites pour être seul

Le silence, je vous jure impressionne

 

Je ne sais pas quand cela s’achève

Mais je voudrai que ça se termine

Que l’amour gagne et règne

Sur ma vie, vaincre cette déprime

Du haut de mes efforts

Es qu’un jour j’y arriverais ?

Me battre, j’essaye encore

De toutes mes forces je lutterai

21:00 Écrit par ~?~ dans Général | Lien permanent | Commentaires (3)

08/02/2009

Comme un chien sans collier

Et voilà, ça recommence

Je peux re-crier, pas de chance

Je le jure, je n’ai rien fait

Elle me l’a dit, si c’est vrai

Mais j’ n’ai pas eu d’explication

Je ne connais donc pas sa raison

Au bout du fil, il n’y a personne

Et comme ça, elle m’abandonne

 

Comme un chier sans collier

Qui commence à s’affoler

Qui n’a plus de maître

La peine commence à naître

 

Tous nos regards échangés

En moi sont bien incrusté

Je ne comprends rien à cette affaire

Elle me laisse en plein mystère

Et les mots qu’elle m’a écrit

Retombe maintenant dans l’oubli

Ceux qui m’ont réchauffé le cœur

Me laisse un petit goût de rancœur

 

Comme un chien sans collier

Qui commence à s’affoler

Qui n’a plus de maître

La peine commence à naître

 

Et nos mains bien serrées

Ça non plus je n’ l’ai pas rêvé

Le silence est devenu roi

Il me blesse mais ne me tue pas

Si j’avais un peu d’espoir

Je continuerai a y croire

Mais tout semble s’être envolé

Seul les questions sont bien restées

 

Comme un chien sans collier

Qui commence à s’affoler

Qui n’a plus de maître

La peine commence à naître

 

Serai-je donc maudit des cieux

Moi qui jure toujours « nom de dieu »

J’esquisse un petit sourire

Mais je n’ai pas le cœur à rire

Il est rempli d’incompréhension

J’écris cette bien triste chanson

Ça ne l’a fera pas revenir

Sauf dans mes pauvres souvenirs

 

Comme un chien sans collier

Qui commence à s’affoler

Qui n’a plus de maître

La peine commence à naître

22:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (5)

01/02/2009

Un gillet par balle

J’attends le verdict

J’attends surtout de l’entendre

Ce moment phatique

Où je vais comprendre

 

La triste sentence

A laquelle elle va me condamner

Dans le cœur ça fait clic

La douleur va s’enclencher

 

Un gilet par balle

En joue elle te vise

Tu en deviens si pâle

Ta vie se grise

Un gilet par balle

Contre l’amour romantique

Tu sens que ça fait mal

Aimer, devient tragique

 

Je plonge et je tombe

Je m’écrase a terre

Et la de tout mon long

Je mords la poussière

 

La triste nouvelle

Fait son chemin doucement

Dans mon cœur plus d’appel

S’estompent les battements

 

Un gilet par balle

En joue elle te vise

Tu en deviens si pâle

Ta vie se grise

Un gilet par balle

Contre l’amour romantique

Tu sens que ça fait mal

Aimer, devient tragique

 

Trouver le courage

Se relever vivant

Se remettre à l’ouvrage

Mais écrire sur quoi maintenant ?

 

La tristesse en émoi

Le chagrin persiste, se décuple

Alors j’écris tu vois

Sur le mystère des couples

 

Un gilet par balle

En joue elle te vise

Tu en deviens si pâle

Ta vie se grise

Un gilet par balle

Contre l’amour romantique

Tu sens que ça fait mal

Aimer, devient tragique

 

J’entends le verdict

Deux armes provoquent le malheur

Le silence te détruit

Les mots blessent même en douceur

 

La tristesse en éclat

L’homme en état de ruine

Je ne m’effondre pas

J’étais déjà comme ça,

A l’origine…

21:21 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (4)

25/01/2009

Une rose

Une rose remplie d’épines

Que je touche m’égratigne

Qui me blesse et mon sang

Coule comme une larme au vent

Cette rose et ses épines

Me manque, je l’imagine

M’oubliant, me laissant

Si  seul, si impuissant 

 

Ici je me demande

Plus rien, je ne commande

Je crois que je déchante

Charmant cherche sa charmante

Plus rien ne vaut la peine

Que faut il pour qu’elle revienne

Me manque les mots a présent

Je ne sais plus ce que je ressens

 

J’ai mal, j’ai peur, souffrant

De l’absence d’un amour

Et d’un soleil couchant

J’ai mal, j’ai peur, tout le temps

Les pétales de l’amour

Ce compte jusqu'à néant

 

Le plus dur dans cette histoire

C’est de ne pas savoir

Es qu’elle pense un peu a moi

Où si elle s’en fout tu vois

Le plus dur dans cette affaire

C’est que je désespère

Je n’ai pas mérité ça

Je ne le crois pas

 

J’ai vraiment du mal à comprendre

Mais je veux attendre

Un signe ou un geste

Le temps fait le reste

Te connaître je le veux

Qui sait être heureux

Mais pas d’indifférence

S’il te plait ai confiance

 

J’ai mal, j’ai peur, souffrant

De l’absence d’un amour

Et d’un soleil couchant

J’ai mal, j’ai peur, tout le temps

Les pétales de l’amour

Ce compte jusqu'à néant

20:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (4)

18/01/2009

Mon rêve

J’ai toujours eu cette espérance

Qu’un jour viendrait ma chance

A mes rêves je me suis accroché

Mais j’ai peur de ne jamais les réaliser

 

J’ai cette innocence

Cette envie, cette évidence

Être heureux, accompagné

Comme beaucoup, je voudrai aimer et être aimé

 

Mais il y a peu j’étais encore une ombre

Qui errait, sans but quelqu’on que

Aujourd’hui l’impression d’être un fantôme

Sans cœur, sans âme, sans vie, le tout réuni en somme

 

On me parle de patience

Dix ans !  Qu’es que t’en pense ?

Je ne veux pas baisser les bras

Mais c’est dur, et la je n’y arrive pas

 

Y a-t-il une échéance ?

Avant de devenir fou à outrance

Je me pose la question

M’y prépare à ma façon

 

Mais il y a peu j’étais encore une ombre

Qui errait, sans but quelqu’on que

Aujourd’hui l’impression d’être un fantôme

Sans cœur, sans âme, sans vie, le tout réuni en somme

 

On me parle de confiance

Mais le temps m’a fait dire « méfiance »

Je suis du genre à tout donner

Quand on est seul on veut tout partager

 

Ce peut-il qu’il y autant de coïncidence

Ou dois je baisser ma garde, vigilance

Je ne vois pas le mal partout

Mais après ça fait très mal, surtout

 

Surtout qu’il y a peux j’étais encore une ombre

Qui errait sans but quelqu’on que

Aujourd’hui l’impression d’être un fantôme

Sans cœur, sans âme, sans vie, le tout réuni en somme

 

Mais qui sais, l’amour que tu cherches depuis l’enfance

Sonnera un jour à ta porte comme une délivrance

Tu sauras que tu ne t’ais pas trompé

Quand tu verras que « vous » veut dire « éternité »

 

J’ai toujours en moi cette espérance

Mais j’attends chaque jour que vienne ma chance

Es qu’un jour mon rêve se réalisera

Celui de devenir papa

18:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (1)

11/01/2009

Ne plus jamais s'en priver

A la recherche de la vérité

Elle se demande par où commencer

Une réponse à son histoire

A tout prix éviter les cauchemars

 

A la rechercher de la question

Qui retiendra son attention

Elle veut maintenant lever le voile

Sur tous les doutes qui l’assaillent

 

A la recherche d’un tout

La peur glace son sang d’un seul coup

Mais elle veut rester forte et lucide

Ne pas sombrer comme ça dans le vide

 

Peu à peu, elle s’enlise

Et le bonheur, elle s’en prive

Et elle n’a, comme seul complice

Le maudit roi, de toutes les dérives

Le silence comme ami

Le silence dans sa vie

 

Elle voudrait enfin le trouver

Le bonheur pour la combler

Ne plus devoir espérer

Le bonheur enfin d’être aimé

Ne plus jamais le laisser

Ne plus jamais le quitter

 

 

 

Lui expliquer enfin tout ce mal

Qu’il lui a envoyé en rafale

Avec tout ce qu’elle a enduré

Aucun venin ne peut la toucher

 

Lui expliquer tous les mensonges

Es que ceux là viennent et te rongent

Elle a juste pitié pour lui

Et honte de tous ce qu’il dit

 

Lui expliquer ne sert a rien

Dis toi qu’il existe des hommes bien

Un autre t’aidera à oublier tes peines

Te respectera te rendra sereine

 

Il n’y aura que l’amour pour te délivrer

Tout faire pour y arriver

Le silence il faut briser

Au silence il faut parler

Les mots deviennent ton ami

Pour enfin sourire à la vie

 

Ne plus jamais se priver

Le bonheur elle va le trouver

Pour ne plus jamais s’en séparer

Du bonheur à partager

Ne plus jamais s’en priver

Ne plus jamais s’en priver

21:30 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (4)

04/01/2009

24-12-08

Au milieu de tous ce monde

J’apprends la vie de chacun d’eux

Je ne les connaissais pas il y a encore une seconde

Mais ils parlent de leurs souvenirs malheureux

 

Je me pose bien des questions

Comment ont-ils accepté tout ça

Si dans leurs unions il n’y a rien de bon

Pourquoi continuer de croire en ce qui n’existe pas

 

Croire que ça peut marcher

Qu’il y a encore de l’amour

Croire que ça peut durer

Comme quand on se dit pour toujours

 

Les femmes écoutent elles leurs cœurs ?

Les hommes savent ils utiliser leurs raison ?

Les femmes n’oublient pas les douleurs !

Les hommes ne sont pas aussi forts, oh que non !

 

Au milieu de la pièce

J’écoute leurs histoires

Toutes remplis de tristesse

La vie est souvent bizarre

 

Il y a les coups reçus

La peur des représailles

Les amours qui ont déçu

Et bien d’autres détails

 

Comment peut on en arriver la

Les enfants au milieu qui ne demande rien

Les parents se déchirent, c’est un combat

Jamais de vainqueur, on le sait bien

 

Les femmes prennent parfois de drôle de voie

Les hommes se prennent parfois pour des rois

Les femmes ont l’art de choisir !

Les hommes de tout détruire !

20:30 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (4)

28/12/2008

C'est long, long, long

Trop de rêves en suspend

Trop de rêves en dedans

Trop de rêves qui ne se réalise pas

 

Trop d’amour à revendre

Trop d’amour vole en cendre

Trop d’amour qui se perd la

 

Tant de rêves passionnants

Tant de rêves au présent

Tant de rêves mais plus un seul pour moi

 

Tant d’amour à attendre

Tant d’amour sans comprendre

Tant d’amour mais sans toi

 

C’est long, long, long

Pour arriver jusqu'à toi

Dis pourquoi

C’est long, long, long

Es qu’on se trouvera

Je n’ sais pas

 

Trop de rêves rêver

Trop de rêves envoler

Trop de rêves qui se perdent dans le noir

 

Trop d’amour silencieux

Trop d’amour trop frileux

Trop d’amour qui se transforment en cauchemar

 

Tant de rêves désirés

Tant de rêves caressés

Tant de rêves mais je n’y crois plus

 

Tant de rêves comme des feux

Tant de rêves lumineux

Tant de rêves mais dis moi où es tu ?

 

C’est long, long, long

Pour arriver jusqu'à toi

Dis pourquoi

C’est long, long, long

Es qu’on se trouvera

Je n’ sais pas

 

Trop de rêves en poème

Trop de rêves dans les veines

Trop de rêves circulent dans mon sang

 

Trop d’amour en horreur

Trop d’amour on a peur

Trop d’amour mais qui semble vouloir s’enfuir

 

Tant de rêves dit bohème

Tant de rêves peu de je t’aime

Tant de rêves qu’on voudrait qu’ils deviennent vivants

 

Tant d’amour dans le cœur

Tant d’amour sans bonheur

Tant d’amour qu’on pourrait pour elle en mourir

 

C’est long, long, long

Pour arriver jusqu'à toi

Dis pourquoi

C’est long, long, long

Es qu’on se trouvera

Je n’ sais pas

C’est long, long, long

Pour arriver jusqu’à toi

Et si lent, de surcroît

C’est long, long, long

Es qu’on se trouvera

Je n’ sais pas

 

 

 

 

 

 

 

Je voulais souhaiter d'avance une très bonne année 2009, que celle ci soit pour vous un année pleine de santé, de bonheur, d'amour... et qu'elle comble vos manques, si demain est pire qu'aujourd'hui alors n'oubliez pas qu'il a toujours de meilleurs lendemain, et puis si on ne pense qu'a ce qu'on n'a pas, on oublie souvent ce qu'on possède...

On se revoit, relis, on se refait un petit coucou en 2009, je vous embrasse tous fort et vous remercie pour vos mots et passages qui me touchent toujours autant.

Besos y paz

~?~

22:15 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (5)

21/12/2008

Mariage

Il est au fond de l’église là bas

Un peu impatient à ce que je vois

Les mains cachées derrière son dos

Moi je m’avance accompagnée de notes de piano

 

Tous les regards se tournent vers moi

Les mots se chuchotent tout bas

Quelques larmes aux bords des yeux

C’est le grand jour, tout le monde est heureux

 

Je m’arrête à ces côtés

Un petit regard échangé

Comme il est beau mon nicolas

Et bientôt, il ne sera qu’a moi

 

Et la il vient de me tendre sa main

Moi je l’a prend comme si de rien

Toujours la tendresse dans ces gestes

La douceur dans ses yeux a juste fait le reste

 

Le curé nous lit un long sermon

Je n’y prête pas grande attention

J’ai comme un trop plein de bonheur

Es que ça va encore durer des heures

 

Madame voulez-vous prendre pour époux

Nicolas ici devant nous

Oui je le veux monsieur le curé

Il n’y a que la mort pour nous séparer

 

Monsieur voulez-vous prendre pour épouse

Alice la belle, Alice la douce

Oui je le veux monsieur le curé

C’est elle que je veux, pour l’éternité

 

Je vous déclare mari et femme

Et que la paix guide vos âmes

Vous pouvez embrassez la mariée

Soyez heureux, la fête peut commencer

 

 

 

 

 

ps: Je vous souhaite d'avance un joyeux noêl. Amusez-vous bien et faite attention a vous.

Besos

~?~

21:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (8)

14/12/2008

Complètment fou

Je l’a dévore de mes yeux

Cet ange descendu des cieux

Il ne faut pas qu’elle remonte

Sinon je te tombe

 

Pour parcourir ton échine

Dois je écrire à l’encre de chine

Ou dessiner sur ton corps

Mes mains sur toi, se posent alors

 

Tu es un peu indécise

Que faut il que je te dise

Pour que tu t’approches de moi

Viens pas à pas, par petit pas

 

Dis moi que te dicte ton cœur

Je crois qu’il doit avoir peur

Et pour le mien que crois-tu

J’ai l’impression qu’il ne bat plus

 

Oh j’aimerai tellement vivre

De doux moments avec toi

Même si ça peut paraître stupide

Tes doigts, sur moi,

Partout, me rendrai con…

…plètement fou

 

Je voulais être dans tes bras

Qu’on frissonne toi et moi

Je voulais être dans ton cœur

Te voir briller de mille couleurs

 

Je ne voulais être qu’à toi

Et que tu le sois pour moi

Je voulais croire à l’amour

Mais ce fut beaucoup trop court

 

J’ai laissé l’imagination

Venir gagner ma raison

J’aurai voulu juste une fois

Connaître le bonheur tu vois

 

Non les mots ne servent à rien

Pour soigner peines et chagrins

Non ne dit plus un seul mot

C’est souvent celui de trop

 

Oh j’aurai tellement aimer vivre

De doux moments avec toi

Même si ça peut paraître stupide

Tes doigts, sur moi,

Partout, m’aurai rendu con…

…plètement fou

 

Quand t’auras fini de chercher

Tu sauras ou me trouver

N’ai pas peur de le dire

De moi, t’aura, que des sourires

 

Et je te prendrai la main

Que je ne lâcherai pas c’est certain

Mais j’ai bien lu dans tes yeux

Que ce n’est pas moi que tu veux

 

Des rêves et des illusions

Qui deviennent désillusions

J’avais tout à gagner rien à perdre

Que tout commence mais tout s’arrête

 

Je n’ai pas su te convaincre

Ton amour je n’ai su l’atteindre

Tu dis qu’une frontière nous sépare

Et moi je ne peux pas la voir

L’apercevoir

Ni l’entrevoir

Oh désespoir

 

Oh j’aurai tellement aimer vivre

De doux moments avec toi

Même si ça peut paraître stupide

Tes doigts, sur moi,

Partout, m’aurai rendu con…

…plètement fou

 

20:45 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (3)

07/12/2008

Délicate

Les coups bas, se sont

Mis à pleuvoir ce soir

Et toi sans, savoir

Tu vises où ça fait mal

Tu n’es pas, délicate

Quand tu m’attaques

Dois-je répondre, riposter ?

Je me sentirai trop sale

Je ne peux pas faire ça

Non, je n’y arrive pas

Ma nature ne pourra,

Jamais l’accepter

Ceci est bien

La seule vérité

Ne pas sombrer

Au même niveau que toi

J’ veux pouvoir me regarder

Et toi tu me dis quoi

Allez sans pitié

Que vas-tu me lancer ?

A cette question dis moi

Vas-tu seulement oser

Me regarder si droit

Dans mes yeux sans trembler

Je ne broncherai pas

Juste encaisser

Rester de glace

Je suis préparé

Je te fais face

Même si la suite je sais

Que je vais tomber

Lentement, m’écrouler

Par une voix bercée

Qui viens de me tuer

D’une façon si peu

Si peu délicate

Il faut que j’y réchappe

Je dois me sauver

 

Fuir dans le vent

Pour oublier

Tes mots lancés

Fuir comme le temps

Pour échapper

Aux mots lancés

Fuir dans le vent

Pour oublier

Tes mots lancés

Fuir comme le temps

Pour échapper

Aux mots lancés

Fuir dans le vent…

Fuir dans le vent…

21:30 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (3)

30/11/2008

Je voulais juste sourire

Je me vois

Je me vois mais je ne me regarde pas

Et pourquoi ?

Pourquoi, je ne sais pas

 

Ils sont là

Ils sont là, mais je me mets à l’écart

Car comme ça

Car comme ça, je me dis qu’ils pourront me voir

 

Puis je pars

Puis je pars, mais je ne m’en vais pas

Il fait noir

Il fait noir ici chaque jour sans toi

 

T’aperçois

T’aperçois, partir ton seul espoir

Ton courage

Ton courage seul ne suffit pas

 

Qui pourra

Qui pourra, me sauver de tout ça

Peut être toi

Peut être toi, ou peut être pas

 

J’voulais juste sourire

J’voulais juste sourire

Oublier le reste

Je ne demandais rien d’autre

J’voulais juste sourire

J’voulais juste sourire

Et te voir faire de même

Qui sait peut être un jour ou l’autre

 

Pourquoi je suis ici ?

Pourquoi je suis ici ?

Si je ne sert a rien sur cette terre

Comment oublier les peines de coeur

Enfermées dans ma tête

Je voudrai les faire partir

Je voudrai ne plus me souvenir

Je veux m’en défaire

Prisonnier je le suis

Et je ne veux plus souffrir

Je voulais juste sourire

Je voulais juste sourire…

21:45 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (5)

21/11/2008

Prière

Je prie les dieux du ciel

Juste pour garder espoir

Un retour qu’elle revienne

Arrêter mon cauchemar

Qui me bouffe lentement

Qui me fait perdre la raison

La folie au aguets

Un faux pas et je tombe

 

Y a-t-il quelqu’un au fait

Qui écoute nos histoires

De l’amour à la haine

Il n’y a souvent qu’un pas

On a beau réfléchir

Ou vouloir expliquer

Il n’y a rien à comprendre

On finit par se détester

 

Y a-t-il quelqu’un qui sait

Me dire enfin pourquoi

La vie joue avec nous

Comme avec un pantin de bois

On ne sait plus qui on est

Et se qu’on doit faire ou pas

Mais la seule chose qui saigne

C’est ce cœur sans arrêt, qui a mal, qui a froid

 

Je prie mais faut que j’arrête

Car dieu ne m’entend pas

Il y a tant de misère

Pourquoi s’occuper de moi

Et tout ces gens malade

Et sans aide qu’on ne soigne pas

Et ces enfants sans chair

Comment les comparer a moi !

 

Il faut que je me reprenne

Que je surmonte tout ça

Les douleurs ont connais

On sait que ça ne se guérit pas

J’ n’ai pas pleurer c’est vrai

Car au fond ça change quoi

Même si j’ai de la peine

Le dire ne change rien, à tout ça

 

Tu connais la rengaine

Les mots qu’on te dira

Qu’il n’y pas qu’elle sur terre

Qu’un jour l’amour triomphera

Mais si le cœur n’y est plus

Qu’on le laisse à l’abandon

Dis toi bien que c’est fini

Dans un ultime frisson

 

La vie est combat

Qui s’ renouvelle sans cesse

Et les coups qu’on encaisse

Nous aide pour le futur

Si les mots écris là

Non ne riment à rien

Celui qui les écris

Lui les comprend très bien

 

J’ai fini ma prière

Car maintenant j’ n’y crois plus

Un retour en arrière

N’a jamais été prévu

J’ai du trop faire de rêve

La folie prend le dessus

Même si je suis perdu sans repaire

Je ne dois pas m’avouer vaincu

20:30 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (8)

13/11/2008

Je ne sais pas, Je ne sais plus

En un mot comme en cent

Mais par où commencer

Si l’amour est tentant

Pourquoi avons-nous peur d’aimer

 

Lâcher nos sentiments

Entendre nos cœurs s’affoler

Un seul sourire seulement

Pour juste voler un baiser

 

Je ne sais pas, je ne sais plus

Mais où est la vérité ?

A nos amours déchus

Aux choix que les autres ont fait

Je ne sais pas, je ne sais plus

Mais qui sait la vérité ?

A nos amours perdus

Aux choix qu’on ne saura jamais

 

Et tous ces mots dansant

Que l’on couche sur le papier

Peuvent- ils être émouvant

Au point de nous faire frissonner

 

Un mélange enivrant

Qui te fera voyager

Moi il n’y que mentalement

Que je me permets de rêver

 

Je ne sais pas, je ne sais plus

Mais où est la vérité ?

A nos amours déchus

Aux choix que les autres ont fait

Je ne sais pas, je ne sais plus

Mais qui sait la vérité ?

A nos amours perdus

Aux choix qu’on ne saura jamais

 

A ces mots si blessant

Qu’on a pu un jour prononcer

Qu’on regrette immédiatement

Car sur le coup, on n’a su les maîtriser

 

Et puis ceux qu’on entend

Ceux qui nous ont tant blessé

Il se donne difficilement

Le pardon, faut le mériter

 

Je ne sais pas, je ne sais plus

Mais où est la vérité ?

A nos amours déchus

Aux choix que les autres ont fait

Je ne sais pas, je ne sais plus

Mais qui sait la vérité ?

A nos amours perdus

Aux choix qu’on ne saura jamais

 

Et les mots doucement

Se sont mis à s’envoler

Emporter par le vent

Vide étaient mes pensées

 

A trop chercher sûrement

On ne trouvera jamais

Cette main qui pourtant

Nous aiderait à ne plus tomber

 

Je ne sais pas, je ne sais plus

Mais où est la vérité ?

A nos amours déchus

Aux choix que les autres ont fait

Je ne sais pas, je ne sais plus

Mais qui sait la vérité ?

A nos amours perdus

Aux choix qu’on ne saura jamais

20:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (6)

06/11/2008

Sonrisa

Il est la et il revient

Il fait comme si de rien

Il essaye de jouer avec moi ce petit coquin

Il se cachait, mais je l’ai retrouvé enfin

 

Dissimulé sous un air sérieux

J’ai failli le louper, de peu

Mais à moi, on ne l’a fait pas

Bien essayé, désolé pour toi

 

Mon sourire, oui il revient

Le cœur lui n’a plus de chagrin

Tout n’est pas parfait, c’est certain

Mais le revoir, me fait tellement du bien

 

Il est la et il revient

De retour comme l’aube au matin

Même s’il n’était pas parti très loin

Il me manquait, sourire ce n’est pas rien

 

Il a des choses qui ne se soignent pas en un jour

Un exemple tout bête, qui s’appelle l’amour

On a tellement de question qu’on en devient fou

Et le temps on voudrait, qu’il s’arrête d’un coup

 

Mon sourire, lui il revient

Le cœur lui n’a plus de chagrin

Tout n’est pas parfait, c’est certain

Mais le revoir, me fait tellement du bien

 

Il est la, il t’appartient

De le partager comme si tu tendais la main

Essaye d’abord un petit sourire en coin

Pour le reste, laisse faire mais suis ton instinct

 

Il n’y a rien qui doit t’empêcher de rêver

On finit toujours par le, ou la trouver

Il n’y a rien qui doit t’empêcher d’y croire

J’essaye moi en tout cas, de garder espoir

 

Mon sourire il est bien la

Le cœur lui me dit que ça ira

Tout n’est pas parfait, mais la vie est comme ça

Et puis un jour, un jour elle me sourira

20:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (4)

27/10/2008

Passons a autre chose

J'ai mis 4 textes pour plus qui traine sur mon ordi et comme ça je ne tire pas en longeur avec, en plus ça fait un peu de lecture lol

merci de vos passages et de vos commentaires bizz

ps: tout va bien je vous rassure ;)

 

********************************************

J’ai beau chercher

Je ne trouve pas

Pourquoi ça ne passe pas

Comme les autres fois

 

Avant j’oubliais

Mais ici je n’y arrive pas

Et je nous vois ensemble

Je tremble

 

Je me souviens comme j’étais bien

Et dans tes bras, je n’avais pas

Cette peur qui frappe

Cette peur qui marque

 

Je pense a toi tous les jours

Et malgré qu’il n’y à pas d’amour

Je rêve de toi

Mais je sais surtout que moi

 

Je suis un gars un peu appart

Et ma présence ne rassure pas

Pas comme les autres

Je suis juste comme ça

 

J’aurai beau essayer de m’améliorer

Je ne sais pas si je peux changer

Les yeux vers le bas

Je me dis, je ne sais pas

 

*************************************************

Ta chaleur me manque

Il n’y a pas une seule seconde qui

Passe sans que je ne pense

A toi et a tous ces souvenirs

 

Le ventre qui se tord

Et ces regards que je n’oublie pas

Je ne fais pas d’effort

Pour t’oublier, je sais un peu pourquoi

 

La chaleur s’en va

Le froid prend possession de tous

Mon âme et mon cœur

Ainsi que mon sang qui se gèle

 

Sentir ton parfum

Embrasser tes lèvres et ta peau

Je n’y ai plus droit

Ce rêve était trop beau

 

La chaleur n’est plus

Elle s’échappe comme un souffle court

Je n’ai plus vraiment

D’envies, ni d’attende a combler

 

Je poursuis ma route

Sinueuse et étroite mais

Au bout je finirais

Par voir ce feu qui me réchauffera

 

Mais en moi

Ta voix, qui rassurait mon corps

Tes doigts, qui parcouraient mon corps

Ta voix, qui tonne et résonne encore

Tes doigts, sur moi, oh j’en frissonne encore

 

Cette chaleur se cache

Es qu’elle reviendra brûler en moi ?

Pouvoir ressentir

La résurrection de mon être

 

Mais en moi

Ta voix, qui rassurait mon corps

Tes doigts, qui parcouraient mon corps

Ta voix, qui tonne et résonne encore

Tes doigts, sur moi, oh j’en frissonne encore

20:15 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (3)

 

Je ne suis plus, celui d’avant

Celui, qui souriait si souvent

Je ne vis plus, comme inconscient

Je ne me sens plus, important

 

Je n’en peux plus, de ton absence

Quand viendras tu, éteindre cette souffrance

Je ne rêve plus, je suis silence

Sais-tu que pour moi plus rien n’a d’importance

 

Mais je sais que tu es la

Et je m’accroche, malgré moi

Mais je sais que tu es la

Mais le temps, joue contre moi

 

Il faut pourtant, allez de l’avant

Mais c’est si dur, tout simplement

Le bonheur, vogue dans le vent

Mais de ma vue, il s’éloigne maintenant

 

J’aimai tellement, cette belle ambiance

Aujourd’hui, je tourne dans le même sens

J’avais appris la méfiance

Mais plus rien ne fera pencher la balance

 

Mais je sais que tu es la

Et je m’accroche, malgré moi

Mais je sais que tu es la

Mais le temps, joue contre moi

 

Un peu perdu, en ce moment

J’ai vu, le fil du temps

Se détacher, de mon présent

Vaincu, c’est ce que je ressens

 

Oui j’ai toujours, cette attirance

Ce nous, comme une évidence

Mais il ne reste que cette sentence

Que je dois accepter, vœux d’impuissance

 

Mais je sais que tu es la

Et je m’accroche, malgré moi

Mais je sais que tu es la

Mais le temps, joue contre moi

 

*********************************************************************

L’amour n’est pas un jeu

Je n’ai pas envie de jouer

Mais j’ai cette flamme dans mes yeux

Qui s’est mise à brûler

 

Pour la première fois je l’ai vue naître

Je me sentais tellement mieux

Que je ne voulais pas la voir disparaître

Comme ça en moins de deux

 

J’avais si peur

Mais à tes côtés

Ta force se propageait dans mon coeur

Je me sentais bien, fort et protégé

 

Je voudrais être plus fort que ça

Je me sens faible a présent

Qui va pouvoir m’aider dis moi

Si tu t’éloignes de moi maintenant

 

L’amour c’est magnifique

Je n’avais jamais ressenti cela

Toi unique

Quel bonheur d’être avec toi

 

J’espèrerai pouvoir en faire autant

Comme tu l’as fais pour moi vraiment

Et si jamais tu rougis

N’arrête pas, je t’en prie

 

J’aurai passé des journées

A te contempler, sans me lasser

Mais il manque quelque chose

Une étincelle, pour que cela explose

 

Je voudrais être plus fort que ça

Mais je me sens se faible sans toi

Qui va pouvoir m’aider ?

Si tu t’éloignes, rien ne va changer

20:05 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (2)

25/10/2008

On est si peu de chose

Je vois le temps qui passe

Et je ne me sens pas mieux

En moi tout se casse

Se brise en deux

 

J’ai sorti mon plus beau sourire

Celui des grandes soirées

Je ne savais plus quoi écrire

Car tu es dans chacune de mes pensées

 

On est si peu de chose

Et bien plus fragile qu’on ne le croit

Un coup, une ecchymose

T’oublier, je n’y arrive pas

 

Et le temps me dépasse

Et je reste en retrait

Les yeux fixés dans la glace

Rien n'y fait

 

J’esquisse un sourire

Je me dis, ça va aller

T’as connu tellement pire

Faut pas te décourager

 

Mais on est si peu de chose

Et bien plus fragile qu’on ne le croit

Un coup, une ecchymose

T’oublier, je n’y arrive pas

 

Je me vois dans ce temps qui passe

Et je pense souvent à demain

Que faut il que je fasse

Je n’en sais trop rien

 

Je vois qu’on me sourit

Qu’es que ça signifie

Des questions à l’infini

Mais que sera ma vie

 

On est si peu de chose

Et bien plus fragile qu’on ne le croit

Un coup, une ecchymose

T’oublier, je n’y arrive pas

 

Avec le temps ça passera

C’est toujours ce que l’on dit

Mais il n’y a rien qui remplacera

La douleur que j’ai ici

 

Alors je souris

Je panse mes blessures

Elle cicatrice au ralenti

Mais je l’ai aurai à l’usure

 

On est si peu de chose

Et bien plus fragile qu’on ne le croit

Un coup, une ecchymose

T’oublier, pourquoi je ne veux pas

11:25 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (2)

16/10/2008

No name

Je regarde à gauche

Et je regarde à droite

Je regarde devant moi

Mais je ne regarde jamais derrière moi

Car il n’y a que le vent

Qui me poussent en avant

Mais qui regarde vers moi

Personne, je crois

 

Je cherche un peu à gauche

Je cherche un peu à droite

Je cherche devant moi

Car je n’ai pas des yeux derrière moi

Le vent pousse si fort

Pour rester debout je fais un effort

Je ne dois pas tomber dans le décor

Même si je tremble encore et encore

 

Je me perds un peu à gauche

Je me perds un peu à droite

Je perds un peu mon temps

A regarder dans tout les sens

Pour ne pas m’effondrer d’un seul coup

Je dois rester fort mais c’est dur

Ne pas être un château de carte

Qu’un simple souffle ferait tomber

20:45 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (6)

05/10/2008

La tête haute

Elle est pas belle la vie,

Tu l’entends cent mille fois

Toi le monde t’oublie

Presque autant de fois

 

Seul tu restes confiant

L’avenir comme allié

Tu crois pourtant

Que rien ne va changer

 

Toujours droit et fier

Dans mes yeux la lumière

La tête haute

Toujours garder la tête haute

 

Surtout garder confiance

Tous changera peut être

Et le court de ton existence

Ne dois pas être que paraître

 

Seul sur ton chemin

A braver le pire

Demain t’appartient

Garde le sourire

 

Toujours droit et fier

Dans mes yeux la lumière

La tête haute

Toujours garder la tête haute

 

Si je souris tout le temps

C’est parce que j’ai l’espoir

Je me dis que sûrement

Tout ne doit pas être si noir

 

J’ai des rêves par millier

Et parfois je les écris

Ça ne me dérange pas d’espérer

C’est comme ça ma vie

21:04 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (2)

29/09/2008

J'ai si froid

Je l’ai mise au parfum

De, ce que j’avais dans la tête

Une folie hors du commun

Que je gardais muette

Au plus profond de moi

Au fin fond de mon être

J’avais peur que toi et moi

Ne puisse jamais naître

 

J’ai si froid quand toi, tu n’es pas là

J’aimerai tellement te serer, dans mes bras

J’ai si froid quand toi tu n’es pas là

D’un regard tu réchauffes mon cœur, et moi

J’ai si froid quand toi, tu n’es pas là

Reviens vite, reviens, reviens moi

 

J’ai pas fini d’ rêver

Faudrait sans doute que j’arrête

J’ai jamais aimé ma réalité

Je ne vis que de peut être

Si cette fois ça changeait

Se serait comme un rêve

Si cette fois ça marchait

C’est que l’amour s’élève

 

J’ai si froid quand toi, tu n’es pas là

J’aimerai tellement te serer, dans mes bras

J’ai si froid quand toi tu n’es pas là

D’un regard tu réchauffes mon cœur, et moi

J’ai si froid quand toi, tu n’es pas là

Reviens vite, reviens, reviens moi

 

Je n’ai jamais pensé

Qu’un jour je puisse être avec elle

Me sentir libérer

Elle serait mon soleil

Si ça pouvait être vrai

Mais es que je me réveille ?

La peur ça je connais

J’ vis toujours avec elle

 

J’ai si froid quand toi, tu n’es pas là

J’aimerai tellement te serer, dans mes bras

J’ai si froid quand toi tu n’es pas là

D’un regard tu réchauffes mon cœur, et moi

J’ai si froid quand toi, tu n’es pas là

Reviens vite, reviens, reviens moi

20:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (6)

24/09/2008

En silence sans un bruit

Il y a de quoi, me donner des ailes

Quand elle me dit, ces mots si forts

Mais son sourire, me rappelle

Le temps, ou nous étions encore

Ensemble, on contemplait le ciel

On serrait nos deux corps

Mes yeux ne voyaient qu’elle

Parfois on s’aime, trop fort

 

En silence sans un bruit

Je ne dis rien a personne

En silence sans un bruit

Même si, mon cœur pour toi résonne

En silence sans un bruit

C’est ton prénom que je fredonne

En silence sans un bruit

C’est mon amour que je te donne

 

Il y a de quoi, regardez de travers

Quand je pense, a tous ça

A quoi bon me dire puisque

je ne peux rien y faire

Des souvenirs, c’est tout ce qu’il me restera

Mais moi je vis, de beaux rêves

Mais seulement, quand je m’endors

La nuit, seul face à moi-même

Je te soupire, et tu l’ignores

 

En silence sans un bruit

Je ne dis rien a personne

En silence sans un bruit

Même si, mon cœur pour toi résonne

En silence sans un bruit

C’est ton prénom que je fredonne

En silence sans un bruit

C’est mon amour que je te donne

 

Il y a de quoi, perdre courage

Quand tu vois, que rien ne semble s’arranger

J’aimai tant tenir, ton visage

Et te dire ce que je n’osai, t’avouer

A la fin, c’est toujours la même histoire

Le sort, semble s’acharner

Ou puiser, ce peu d’espoir

Si sur notre dernier regard,

nos vies, semblaient s’être arrêtées

 

En silence sans un bruit

Je ne dis rien a personne

En silence sans un bruit

Même si, mon cœur pour toi résonne

En silence sans un bruit

C’est ton prénom que je fredonne

En silence sans un bruit

C’est mon amour que je te donne

21:21 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (1)

18/09/2008

Que faut il ------ Combien de temps

Que faut il que je sois

Que faut il que je fasse

Que faut il dit le moi

Que faut il qu’il se passe

 

J’ai attendu tous ces jours

Je me remets à écrire

J’attends dans ma tour

J’écris mes désires

 

Ai-je tremblé, sursauté ?

Attendre encore et encore

J’ai tremblé, frissonné

Attendant de voir quel serai mon sort

 

Que faut il espérer

Que faut il attendre

Que faut il pour rêver

Que faut il pour s’entendre

 

J’ai attendu pendant ce temps

En oubliant qui j’étais

J’ai attendu silencieusement

En oubliant où j’étais

 

Ai-je tremblé, sursauté ?

Attendre encore et encore

J’ai tremblé, frissonné

Attendant de voir quel serai mon sort

 

******************************************************

 

 

Combien de temps

Faut il attendre

Pour qu’un sourire

Cicatrise cette douleur

 

Combien de temps

Des jours et des heures

Je veux revivre

Et refaire battre mon cœur

 

Si c’est le cours de ma vie

Qui fait que je n’y crois plus

On a beau se dire que

Si tout est perdu

Rien n’est impossible

Mais je n’y crois plus

 

Combien de temps

Et de saison

Faire refleurir

Ce jardin qui se meurt

 

Combien de temps

Pour qu’elle m’effleure

Pour ressentir

La joie, d’être dans son cœur

 

Si c’est le cours de ma vie

Qui fait que je n’y crois plus

On a beau se dire que

Si tout est perdu

Rien n’est impossible

Mais je n’y crois plus

 

Combien de temps

J’ai attendu

A quoi bon me dire

Puisqu’elle ne m’a pas vue

 

Combien de temps

A attendre encore

Le temps défile

Il m’a vaincu

 

Si c’est le cours de ma vie

Qui fait que je n’y crois plus

On a beau se dire que

Si tout est perdu

Rien n’est impossible

Mais je n’y crois plus

 

Combien de temps

Dans l’inconnu

A marcher, vivre

Seul, le cœur nu

 

Combien de temps

Ai-je en sursis

A moins qu’elle ne vienne

Et qu’elle me sourie

20:15 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (3)

09/09/2008

Pardonez moi

Je crois qu’aujourd’hui c’est la fin

Enfin, il me semble bien

La lumière ne brille plus

L’horizon a disparu

 

Plus rien ne peut me faire avancer

Et rien ne va changer

Si bien que j’ai décidé

En ce jour, de vous quitter

 

Pardonnez moi, pardonnez moi

Je n’ai plus la force d’autre fois

Pardonnez moi, pardonnez moi

Je n’ai plus cette force en moi

 

Les bons moments du passé

Je ne peux les oublier

Mais depuis bien longtemps

Je ne suis plus présent

 

Un fantôme qui voyage

Invisible au passage

Ma décision est prise

Ici de toute façon, je m’enlise

 

Pardonnez moi, pardonnez moi

Je n’ai plus la force d’autre fois

Pardonnez moi, pardonnez moi

Je n’ai plus cette force en moi

 

On ne peut rien effacer

On ne peut rien demander

La vie suit son chemin

Es que je verrai demain ?

 

On aimerait aimer

Ou encore espérer

Peut on simplement rêver

Les forces semblent m’abandonner

 

Pardonnez moi, pardonnez moi

Je n’ai plus la force d’autre fois

Pardonnez moi, pardonnez moi

Je n’ai plus cette force en moi

 

Si la vie suit son chemin

Moi je suis mon instinct

Je marcherai tout droit

Comme guider par mes pas

 

Le fantôme se propage

Invisible au paysage

Si la lumière jaillit

J’espère que se sera le paradis

 

Pardonnez moi, pardonnez moi

Je n’ai plus la force d’autre fois

Pardonnez moi, pardonnez moi

Je n’ai plus cette force en moi

20:30 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (5)