20/06/2010

Il faut que tu me sauves

Comme si je n’avais plus envie de rien

Est-ce le bout du chemin ?

Qui arrive là bientôt

 

Comme si je n’avais plus de rêves

Qu’avant que tout commence, tout s’achève

Devoir repartir à zéro

 

Comme si je n’avais plus de vie

Vouloir partir en vrille

Et faire le grand saut

 

Comme si je n’avais plus de cœur

Comment aimer sans bonheur

L’espoir me fait défaut

 

Seul sans repère

Je désespère

De trouver mon ange, mon autre

Cet un enfer

Que je vis sur terre

Ma belle, il faudrait que tu me sauves

Ma belle, il faudrait que tu me sauves

 

Comme si je n’avais plus d’avenir

En fait capable de le prédire

Rien ne change après tout

 

Comme si je n’avais plus de raison

De croire en l’horizon

Ou d’aimer comme vous

 

Comme si je n’avais plus en main

Les cartes de mon destin

Dans mes yeux c’est le flou

 

Comme si je n’avais plus le temps

Il est mort à présent

Puisqu’il tourne comme un fou

 

Seul sans repère

Je désespère

De trouver mon ange, mon autre

Cet un enfer

Que je vis sur terre

Ma belle, il faudrait que tu me sauves

Ma belle, il faudrait que tu me sauves

 

Comme s’il ne reste plus que moi

Et mes mots si et là

Perdu pour de bon

 

Comme s’il ne restait que des morceaux

De mon corps en lambeau

Du néant au plus profond

 

Comme s’il ne restait plus d’espoir

Le jour n’existe plus que du noir

Et le vide tout autour

 

Comme s’il ne restait que de tout ça

Que des cicatrices qui ne guérissent pas

Adieu mon rêve d’amour

 

Seul sans repère

Je désespère

De trouver mon ange, mon autre

Cet un enfer

Que je vis sur terre

Ma belle, il faut que tu me sauves

Ma belle, il faut que tu me sauves

20:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (9)

15/06/2010

Au point zéro

J’avais pourtant cru que c’était mon tour

Des siècles, des années des mois, des jours

Que je décompte en silence

Le temps qui passe loin de ta présence

 

J’avais pourtant cru voir au fond de tes yeux

Des étoiles brillées oui comme un feu

Faut croire que ce n’était qu’un mirage

Faut toujours que je sois à côté de la page

 

J’ai pris ma tête entre mes mains

Je me suis dit « tu rêves de trop »

Pour toi y a pas d’autre chemin

Que celui qui mène, au point zéro

 

J’avais pourtant cru voir de l’espoir

Une lueur qui éclairait mon regard

Espérant que se soit la réalité

Mais rien ne sais jamais réalisé

 

J’avais pourtant cru prévenir mon cœur

Lui dire désolé pour mes erreurs

A tout ces airs tristes que je lui fredonne

J’espère qu’un jour, oui il me pardonne

 

J’ai pris ma tête entre mes mains

Je me suis dit « tu rêves de trop »

Pour toi y a pas d’autre chemin

Que celui qui mène, au point zéro

 

J’avais pourtant cru oh que l’amour

Viendrait me libérer sans faire de détour

Elle m’aurait sortie à tout jamais

De l’enfer où je me trouvais

 

J’avais pourtant cru pouvoir être heureux

Et on ne l’est que quand on est deux

Mais cette vie bien solitaire

Je ne l’ai jamais aimée, que puis je-y faire ?

 

J’ai pris ma tête entre mes mains

Je me suis dit « tu rêves de trop »

Pour toi y a pas d’autre chemin

Que celui qui mène, au point zéro

 

J’avais pourtant cru sauver mon âme

J’ai vu mais je me suis trompé de flamme

L’espérance me consume encore et encore

C’est un supplice à chaque aurore

 

J’avais pourtant cru que c’était fini

Que mon mal serait enfin parti

Le remède aurait été tes lèvres

Un baiser aurait baissé ma fièvre

 

J’ai pris ma tête entre mes mains

Je me suis dit « tu rêves de trop »

Pour toi y a pas d’autre chemin

Que celui qui mène, au point zéro

 

J’avais pourtant cru que c’était mon tour

Des siècles, des années, des mois, des jours

Je décompterai toujours en silence

Le temps qui passe en ton absence

 

J’avais pourtant cru voir au fond de tes yeux

Des étoiles brillées oui comme un feu

Faut croire que ce n’était qu’un mirage

Ce si joli sourire sur ton visage

20:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (14)

10/06/2010

Comme si c'était hier

Les souvenirs me reviennent

Comme si c’était hier

Oui je revois la scène

Et tes yeux qui éclairent

 

Ma vie noire et sans route

Oh t'étais ma lumière

Je n’avais plus de doute

N’y la peur de mal faire

 

Un des plus beaux moments

Que j’ai pu partager

Même si ce ne fut qu’un instant

J’ai été un privilégier

 

Non je n’ai pas de regret

Mais ça aurait pu durer des heures

Si ton rêve se réaliserait

Ne serais-tu pas combler de bonheur ?

 

Elle était dans mes bras

Et je sentais son cœur

Battre et rompre à tous va

Et pas de frayeur

 

On chantait cette chanson

De ce concert unique

Oui tellement d’émotion

Le reste, ça ne s’explique

 

Et malgré le monde qui m’entoure

Je n’entends que ça voix

Qui me berce et ce jour

Reste gravé en moi

 

Quatre minutes ce n’est pas l’éternité

Mais ça été mon paradis

Et j’ai notre amitié

Et qu’elle dure à l’infini

 

Il y a tant de peine vécue

On le sait tous les deux

Tellement d’anges déchus

Et de larmes à nos yeux

 

De loin je préfère savoir

Que tu es dans mon cœur

Car si on s’approche on peut voir

Des blessures à faire peur

 

Nos histoires pas si différentes

Et le temps qui ne fait que passer

Nos maux dans la tourmente

Et rien ne vient les panser

 

Allez retournons à nos sourires

Il en est préférable

Allez oublions le pire

L’amitié n’a rien d’inégalable

 

Je te dis à bientôt

Pour une autre ballade

Serre-moi fort, s’il le faut

Cette chanson, notre petite escapade

21:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (8)

06/06/2010

Suivre la musique

Moi j’avais cru mourir

Moi j’avais cru partir

Pour un autre horizon

 

J’ai marché sous l’orage

La pluie comme triste paysage

Et j’ai senti les frissons

 

Qu’un éclair me foudroie

Comme ça je t’oublierai d’une fois

Pour toute

 

Mon cœur n’y croit pas, n’y croit plus

Les battements se sont interrompus

Sans aucun doute

 

La seule chose qui non, n’est pas mort

Se sont les souvenirs qui reviennent encore

Hanter mes nuits, loin de tes bras

 

Si la douleur est bien présente

Elle peut aussi se faire écrasante

Au plus profond de soi

 

Trouver la force de se relever

On peut compter sur l’amitié

Qui nous lie à l’infini

 

A chaque main qui se tend

Un ami vous accueille souriant

On n’est jamais seul dans la vie

 

La tristesse un jour elle s’en va

Peu à peu l’espoir reviendra

Tu le verras dans ses yeux

 

Tu voudras lui décrocher le ciel

La lune, les étoiles, le soleil

Un monde rien que pour vous deux

 

Et si l’amour vient se blottir

En toi et qu’il vient te guérir

C’est si puissant un regard

 

A ça si on rajoute les mots

Ensemble pour toujours et ceux qui me font défaut

Se sera suffisant pour oublier le noir

 

Pourtant j’ai cru m’en aller

Pourtant j’ai cru devoir tout laisser

Comme ça sans raison

 

A quand la fin de l’aventure

Puisqu’ici rien jamais ne dure

Regarder faner les saisons

 

Alors je patiente dans mon coin

J’écris mes textes et mes refrains

Mes peines qui me tiennent en somme

 

Ce que je vois, ce qu’on me raconte

Leurs bonheurs, joies, qui les inondent

D’être avec une femme ou un homme

 

Mais moi je ne pense plus à rien

Juste voir le jour, des lendemains

Un peu moins désertique

 

Sourire non n’est pas le problème

Mais je ne récolte pas ce que je sème

Je ne peux que suivre la musique

20:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (10)

31/05/2010

Natasha

Natasha s’en va, elle s’éloigne peu à peu

Sous la pluie qui s’abat, il est minuit moins deux

Déambule dans les rues, retour à la maison

Le regard vide, sans aucune émotion

 

Natasha se voit, si seul dans le miroir

Observe le reflet, retire sa veste noire

Un verre de vin blanc, s’allonge sur le canapé

Pour oublier un temps, son triste métier

 

Tu verras comme c’est beau, un pays magnifique

N’ai pas peur soit heureuse, se sera fantastique

Elle y repense encore, à ces belles promesses

Aujourd’hui dans son cœur, il n’y a plus que de la tristesse

 

Natasha ne sait plus, ne comprend pas tout

L’innocence elle l’a, perdue d’un coup

Elle rêve d’un autre monde, mais pas de celui-là

Les larmes parfois l’inondent, qu’elle essuie de ses doigts

 

Natasha est la, sans vie et sans destin

Pourtant elle a envie, d’aimer quelqu’un

Et ses rêves de petite fille, qui sont enfouit

Qui sont toujours la, qui brille comme une étoile dans la nuit

 

Tu verras comme c’est beau, paysage idyllique

Tu y seras tellement mieux, un compte féerique

Maintenant elle espère, que tout s’achèvera

Si elle paye pour sa vie, sur qu’elle survivra

 

Natasha s’évade, se prépare un café

Dehors il fait si froid, la pluie ne cesse de tomber

Son chemin de croix, il faut le reprendre

Mais dieu protéger moi, de tout et sans attendre

 

Natasha se doit, d’être aussi parfaite

Qu’attirante avec l’homme, qui passe à sa fenêtre

Le sourire qui attire et qui désarme

Son corps est sa survie, mais elle ne donne pas son âme

 

Tu verras comme c’est beau, il n’y a que des avantages

L’argent y coule à flot, mais les paroles sont naufrages

Prise dans l’étau que faire et où aller ?

Sans passeport sans nom, elle ne sait plus qui elle est

 

Natasha s’en veut, mais qui aurait pu lui dire

Qu’elle ne verrait dans ses yeux, que des larmes et elle soupire

Malheureusement, il n’y a aucune sortie de secours

Alors qu’elle espérait, juste trouver l’amour

 

Natasha sait, rien n’a changé aujourd’hui

Elle descend le volet, et retourne sous la pluie

Elle referme la porte des regrets derrière elle

Prend le chemin qui l’escorte, loin de ce bordel…

20:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (15)

26/05/2010

Le chemin

J’ai cherché un regard

Que je n’ai jamais trouvé

Je ne voulais pas baissé les bras

Mais rien n’y a fait

 

J’ai vu un millier d’étoile

Dans ce ciel brillé

Si belle mais si filante

Un tour de magie, tout disparait

 

On a essayé de me faire croire

Qu’avec un vœu tout s’exaucerait

Faut entretenir l’espoir

Mais nous comme tout, on disparait

 

On aurait même voulu faire mieux

Mais rien ne se réalise

Juste le temps de te dire adieu

Et que veux-tu d’autre que je te dise

 

Le chemin s’arrête ici

C’est la fin de la vie

 

Bien sur on peut toujours s’accrocher

A des rêves somnolant

Dans ma mémoire enfouit

Tapis dans l’ombre de ma tête

 

Peut être bien, oui, j’y ai cru

Je ne peux pas dire le contraire

Mais quand la vérité est mise à nue

Là, on se sent bête

 

T’as entendu l’amour c’est beau

T’as même pas pu l’effleurer

Toi t’es juste tombé de haut

Quand ton cœur c’est brisé

 

Les bons moments quand ils durent

On ne voudrait jamais qu’ils s’achèvent

On fait tous ce qu’on peut et bien plus

Mais pour toi aimer, ça n’a été juste qu’un rêve

 

Le chemin s’arrête ici

C’est la fin de la vie

 

Y a-t-il une voie

Qui ne serait pas sans issue

Un passage même s’il est infime

L’air y serait mon paradis

 

Y a-t-il des choix

Qui ne provoquerai pas de drame

Car mon cœur est meurtri

Il se noie de toi, de larmes et d’ennui

 

Y a-t-il une âme

Qui vivrait d’infini

Sans peur et sans vacarme

Sans piège pour avoir l’esprit libre

 

Y a-t-il une chance

Pour enfin voir l’amour éclore

Mais on ne peut rien prédire

Moi je n’avais pas prévu leurs morts

 

Leurs chemins s’arrêtent ici

C’est la fin de leurs vies

 

 

 

 

 

 

Pour Manu et Jéremy

Je ne vous oublie pas...

20:30 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (12)

21/05/2010

Non ne plus jamais t'aimer

Quelques mots griffonnés

Sur ce petit bout de papier

Que j' ai écris pour toi,

Comme ça

Peut être tu les liras

 

J' ai cherché à comprendre

Et te dire au revoir

Adieu une dernière fois

Avant que le noir

Ne vienne me saisir

 

On avait si souvent pensé

Pouvoir se contempler

Mais je garderai de nous

De si jolis souvenirs

Des éternels soupires

 

Je me souviendrai surtout

De ton si beau sourire

Je vais en rester là

C' est peut être mieux comme ça

Le temps me le dira

 

Je n' ai pu te voir, ni te trouver

Il est temps pour moi

De te laisser

Dans un ultime au revoir

Je peux maintenant souffrir

 

Quelques mots chiffonnés

Raturés, griffouillés

Sans aucun sens tu vois

Juste que je n' oublie pas

Je ne comprends toujours pas

 

Tu sais, j' ai essayé

De pardonner

Sans résultat

Je me suis dit pourquoi ?

J' en suis resté là

 

Oh comme j' aurai aimé

Croire, que j' y arriverai

Mais j' accumulais

Le tout, et…

C' est ce qui m' a fait dépérir

 

Moi qui espérais

C' est fou !

Même si je ne peux tout décrire

C' est tout ce que je pouvais dire

Je m' en vais… doucement mourir

 

De regret, de toi

De ce que je n' ai pu avoir

De ce que je n' ai pu donner

C’est peut être mieux dis moi

Mais même un au revoir ne pourra pas suffire

 

Ne plus jamais t' aimer

Non, ne plus jamais t' aimer

Non, la douleur je ne supporte pas

 

Ne plus jamais aimer

Non, ne plus jamais aimer

Non, le mal ne s' efface pas

 

Non, ne plus jamais t' aimer…

20:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (13)

17/05/2010

Quitter l'enfer

Est-ce que tu te souviens de ce soir ?

Ou tu m’as dis au revoir

Ou mon cœur c’est brisé en deux

Je n’en croyais pas mes yeux

 

Voila nos routes qui se séparent

Plus de flamme dans ton regard

Tu m’as dis tu n’y es pour rien

Peut importe c’est certain

 

Puisque la douleur est réelle

Et la peine éternelle

A qui a quoi je vais bien pouvoir croire ?

Si tout est illusoire

 

Depuis toi, je ne crois plus en l’amour

Et de tout ce qui tourne autour

Neuf mois ce n’est pas difficile

Mais le temps pour qui tourne t’il ?

 

Je ne sais pas quand il reviendra ?

Et ça me fait peur des fois

Ou est elle cachée sur cette terre ?

Celle qui me fera quitter l’enfer

 

Je me souviens bien de cette nuit

S’y il n’y avait pas eu mes amis

Ou est ce que je serai maintenant ?

Pas ici, surement

 

Quand je repense à ces souvenirs

Et quand je vois l’avenir

La tristesse arrive en première place

Et je le vois dans la glace

 

Il manque l’étincelle du bonheur

Et les battements au cœur

Un ensemble qui est bien trop vide

Le noir en moi réside

 

J’ai beau lutté contre celui-ci

Rien à faire, je suis ainsi

Peut être parce que je n’y crois plus

Je suis bien plus que perdu

 

Je ne sais pas quand il reviendra ?

Et ça me fait peur des fois

Ou est elle cachée sur cette terre ?

Celle qui me fera quitter l’enfer

20:20 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (14)

09/05/2010

FANNY

Fanny qu’est ce que tu es belle

Et quand tu me souris

Moi j’ vois des arcs en ciel

Même après minuit

 

Fanny pourquoi tu te réserves

Qu’a des loups de la nuit

De ton corps ils se servent

Pour se mettre en appétit

 

On a beau te le dire

Tu n’en fais qu’a ta tête

A quoi bon te prévenir

Tu fonces à l’aveuglette

 

Que faire pour t’ouvrir les yeux

Tes amis te le disent

Pour eux ce n’est qu’un jeu

Aimer non n’est pas leur devise

 

Fanny, ils s’amusent avec toi

Juste prendre du bon temps

Mais toi tu n’écoutes pas

Et tu dis qu’on te ment

 

Fanny, alors moi j’ m’en vais

J’en ai marre du spectacle

Je me suis trompé, je sais

Mais moi j’esquive les obstacles

 

Je me demande parfois

Qu’est-ce qu’elle trouve à ces hommes

Qu’est-ce qu’ils ont plus que moi

Il vaut peut être mieux que je m’endorme

 

A tout jamais silence

C’est ça ne plus faire de bruit

Toute façon quel importance

Puisque mon cœur est détruit

 

Fanny nos chemins se séparent

N’oublie pas ce qu’ont t’as dis

Les amis c’est si rare

N’oublie pas je t’en prie

 

Fanny avait tout d’un ange

Mais elle n’a jamais vu

L’amour et moi je me range

Dans les objets perdus

 

J’ai bien eu un jour des rêves

Mais pour qu’ils se réalisent

Faut pas que l’espoir s’achève

Faut pas que mon esprit se grise

 

J’ai bien eu un jour l’envie

De voir mes enfants naitre

De fonder une famille

Qui sait un jour peut être

 

Fanny si tu changes d’avis

Ici tu me trouveras

Mais est-ce que j’aurai encore envie

De toi, Rien n’est moins sur tu vois…

21:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (14)

05/05/2010

On se quitte

Les bons souvenirs parfois

Peuvent être si douloureux

Jamais on ne s’y fera

On reste même silencieux

La vie continuera

Son petit bonhomme de chemin

La solitude fera

Main base sur toi de ses deux mains

 

Tu m'as délaissé un soir

Comme ça sans attendre

Le clash final en soi

Chacun tente de se défendre

Les tords sont partagés

Mais je ne savais pas

Que trop aimer était un danger

Je suis prévenu, c’est déjà ça

 

On se quitte, on ne s’en veut pas

Les sentiments ne se contrôlent pas

On se quitte, on ne s’en fait pas

Chacun sera peut être mieux, je crois

On se quitte, on ne revient pas

Les discussions en resteront là

 

Il n’y a pas eu de violence

Le ton n’est pas monté

Faire preuve d’intelligence

A tous ce n’est pas donné

L’aube se réveillera

La peine fera le contraire

Mais l’amour ça rime à quoi

Si tout est éphémère

 

Des centaines de questions

Une à une on les énonce

Des points d’interrogations

C’est ce qu’ils restent comme réponses

Si on ne peut pas faire mieux

Faudra s’en contenter

Ici sonne nos adieux

Mais je crois quand même

Qu’on n’aime jamais assez

 

On se quitte, on ne s’en veut pas

Les sentiments ne se contrôlent pas

On se quitte, on ne s’en fait pas

Chacun sera peut être mieux, je crois

On se quitte, on ne revient pas

Les discussions en resteront là

21:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (12)

30/04/2010

Se sont mes larmes qui coulent

Il ne faut pas m’en vouloir

Je ne fais que subir

Les affres de cette histoire

Me poussent à ne plus choisir

 

Aimer à blessé mon cœur

Une fois de trop devrai-je dire

Il n’est d’ailleurs plus que douleur

Il a même cru mourir

 

Moi qui ai si souvent rêvé

J’en ai vraiment perdu le goût

Car je suis comme marqué

Par tous ces nombreux coups

 

Chaque fois ça me fait si mal

A en perdre la raison

Des mots comme l’effet d’une balle

M’a eu pour de bon

 

Elles se forment, déboulent, déroulent

Se sont mes larmes qui coulent

Et moi paumé dans la foule

 

Elles me sont montées aux yeux

Puis elles sont retombées

Oh mon dieu quel triste jeu

Surtout quand on n’aime pas jouer

 

Quelle direction dois-je prendre

Où mes pas doivent ils me mener

Quitte à aller et entreprendre

Une course vers une infini de pointillé

 

J’aurai tout connu je crois

Sauf l’amour, le seul, l’unique

Même si je regarde devant moi

Je n’y vois rien de féérique

 

A trop connaitre les désillusions

On fini par ne plus y croire et penser

Aux blessures qui restent bien au fond

Là ou on ne peut les déloger

 

Elles se forment, déboulent, déroulent

Se sont mes larmes qui coulent

Et moi paumé dans la foule

 

A trop se prendre la tête

On ne chasse aucun de nos doutes

Même si je n’ai pas la recette

Le bonheur doit être ma route

 

Le plus dur sera de le trouver

Ce chemin dans l’inconnu

Des fois tu as cru être arrivé

Mais c’était une voie sans issue

 

A la recherche de ce regard

Qui comblera tout ce vide

En moi on ne peut qu’apercevoir

Qu’une âme triste et livide

 

Mais plus je vois passer le temps

Plus je me dis c’est impossible

Dix ans qu’on me dit soi patient

Serai je mort ou invisible ?

 

Elles se forment, déboulent, déroulent

Se sont mes larmes qui coulent

Et moi paumé dans la foule

20:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (11)

25/04/2010

Et ça fait si mal

Il n’y a donc plus rien à faire

Juste sonner la fin

Au silence lui dire de se taire

Il connait le refrain

 

Puis-ce que c’est ce que tu souhaites

Et que tu décides

De mon sort et de mon être

Pendant que mon cœur se vide

 

Je ne veux pas revenir en arrière

Penser à demain

Le présent ne se trouve pas derrière

Mais, toi bien

 

Le temps n’est pas à la fête

C’est clair et limpide

La tristesse ce loge dans ma tête

C’est la que tout réside

 

Et ça fait si mal

Ta décision est radicale

Mes nuits seront infernales

 

Il n’y a donc plus d’avenir

Plus d’amour du tout

Que vais-je devenir

Un fou…

 

Qui n’a rien compris à l’histoire

Et qui l’a subit

Dans ton ultime au revoir

Pourquoi tu me souris ?

 

Que gagne-t-on à partir

A l’autre bout

Du monde, qui pourra me le dire ?

Vous ?

 

Mes yeux plongés dans le noir

C’est ce que je vois et j’écris

Personne sur cette trajectoire

Car ces mots sont maudis

 

Et ça fait si mal

Ta décision est radicale

Mes nuits seront infernales

 

Il n’y a donc plus d’illusion

Tu pars et me laisse

Seul et assis comme un con

Avec ma détresse

 

Ton ombre au loin qui s’éloigne

Sans un regret

Moi il faut que je me soigne

Du temps et je guérirai

 

De mes blessures et mes questions

Qui ensemble m’oppressent

A la prochaine invitation

Je serai sur mes gardes, j’acquiesce

 

Où faut-il que je rejoigne ?

Ceux qui s’aiment à tout jamais 

A quelle cause faut-il que je me joigne ?

Dites moi où, et j’y serai

20:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (11)

20/04/2010

Peut être qu'un jour

Peut être qu’un jour reviendra l’espoir

Peut être qu’un jour tout sera différent

Peut être qu’un jour un seul de tes regards

Refera renaitre les battements

 

Peut être qu’un jour reviendra l’amour

Peut être qu’un jour comme le veut le destin

Peut être qu’un jour et peut être même pour toujours

On prendra le même chemin

 

Peut être qu’un jour nous irons en voyage

Peut être qu’un jour nous retournerons chez toi

Peut être qu’un jour au dessus des nuages

On sentira des ailes nous poussez dans le dos

 

Peut être qu’un jour nous seront heureux

Peut être qu’un jour dans ta capitale

Peut être qu’un jour et rien que pour nous deux

On verra briller les étoiles

 

Peut être qu’un jour j’aurai ta main dans ma main

Peut être qu’un jour ce ne sera plus un mirage

Peut être qu’un jour un baiser voler l’air de rien

Deviendra mon plus beau paysage

 

Peut être qu’un jour j’arrêterai de rêver

Peut être qu’un jour je te verrai à l’aube

Peut être qu’un jour tout peut se réaliser

Comme une partition sans faute

 

Peut être qu’un jour on ne fera plus qu’un

Peut être qu’un jour on sera inséparable

Peut être qu’un jour le soleil au petit matin

Brillera mais il n’y aura que toi de désirable

 

Peut être qu’un jour je serai encore plus fou

Peut être qu’un jour tu me guériras

Peut être qu’un jour aimer arrangera tout

Toi mon remède à tout cela

 

Peut être qu’un jour et en t’attendant

Peut être qu’un jour en ayant un peu de chance

Peut être qu’un jour toi me souriant

Tout s’éclaire comme une évidence

 

Peut être qu’un jour et ce sera un soir

Peut être qu’un jour je serai dans tes bras

Peut être qu’un jour ce sera la fin du cauchemar

Mais pour l’instant tu n’es pas là

20:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (13)

15/04/2010

Ni ange, ni cieux

Sans émotion aucune

Happé par ta vague

Noyé dans l’écume

C’est la fin de notre voyage

 

T’as jeté mon âme au feu

Mon cœur est à sang

Les yeux dans les yeux

Tu les baisses finalement

 

Tu me fais des aveux

Sans demander pardon

Tu quittes les lieux

Et, moi je reste comme un con

 

Les mots sortis de ta bouche

Sont des coups de poignard

Dans le mille tu touches

Mes pensées deviennent noires

 

C’est du regard que j’écoute

Faut tourner la page

Faut pas que t’en rajoute

Car je n’ai pas vu, de larmes sur ton visage

 

Moi, y a tout qui s’effondre ici

Es-ce que tu as honte

Revois-tu cette nuit ?

Qui te hante…

 

Pas besoin que tu répondes

Je ne veux plus t’entendre

Pas une seule seconde

A perdre ou à attendre

 

L’écho de tes remords

Résonne à l’infini

Le sombre sans effort

S’approprie ma vie

 

Disparait nos souvenirs

Apparait la douleur

Effacer tes sourires

Qui sont portes malheurs

 

Je ne suis plus qu’une ruine

Es-ce que tu le sais ?

Toi tu n’es plus digne

Tu n’es que d’ l’abstrait

 

T’as joué avec ma vie

Et avec mon amour

C’est moi qui suis fini

Quand toi tu aimes toujours

 

Oui, je soupire encore

Parce que j’ai si mal

Un supplice qui me dévore

Mal, mal, mal…

 

Je ne pardonne pas

Je ne suis pas dieu

Qu’il aille au diable avec toi

Puisqu’il n’y a ni ange, ni cieux

21:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (11)

10/04/2010

Moi je t'aimais

 

Anéanti, il n’a plus d’espoir

Tout vient de s’écrouler à ses pieds

Les yeux qui brillent c’est dérisoire

Une larme risque de couler

Il voudrait relever la tête

Mais le mal pèse, elle redescend

La douleur commence mais ne s’arrête

Jamais, jamais, jamais à temps

 

A regarder au loin l’horizon

Les courbes qui s’en vont doucement

Sa belle prend une autre direction

Il lui murmure « je t’aime tant »

Des paroles qui s’envolent en l’air

Et qui se perdent à tout jamais

L’amour s’en va droit en enfer

Et pourtant je peux jurer qu’il brûlait

 

Tout s’écroule, se défait

Des ruines à notre palais

De la poussière resterait

Comme une image, avec effet

D’hurler, d’hurler ses regrets

Dans le silence elle l’entendrait

Et simplement il lui dirait

Moi je t’aimais

Moi je t’aimais

 

Anéanti dans le désespoir

Il faudra te reprendre en main

Mais ce qu’il voit dans le miroir

C’est juste le début de la fin

Une injustice qu’on ne pardonne

Est-il possible qu’elle m’ait menti ?

Son cœur crie mais reste aphone

Il se dit je n’ai pas mérité ceci

 

A regarder de près le néant

On ne remarque plus le soleil

Le noir c’est beau, c’est envoutant

Comme un baiser sensuel

Celui là était plutôt maudit

Comment es-ce que j’ai fais pour y croire

Mais rien n’est simple dans la vie

Et c’est pire quand ton amour se barre

 

Tout s’écroule, se défait

Des ruines à notre palais

De la poussière resterait

Comme une image, avec effet

D’hurler, d’hurler ses regrets

Dans le silence elle l’entendrait

Et simplement il lui dirait

Moi je t’aimais

Moi je t’aimais

 

Anéanti dans son regard

Il n’y a plus que de la détresse

Même plus l’envie de boire

On ne noie rien dans l’ivresse

On reprendra des forces avec le temps

Ce n’est qu’un mauvais moment à passer

Mais il faudra surement un bon moment

Pour pouvoir un jour oublier

 

Tout ce mal qu’on à pu ressentir

Que l’on ne souhaite à personne

Qui est là et qui fait tant souffrir

La sensation qu’on t’abandonne

Allez haut le cœur mon ami

On peut en ressortir plus fort

Il y a d’autre étoile qui brille

Dans ta vie elle n’est pas là encore…

 

 

 

 

 

 

 

Ps: pour lionel...

20:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (8)

06/04/2010

Mais que puis-je faire ?

Elle a tué ma joie de vivre

Ou sont mes rêves que j’avais autre fois ?

J’ suis plus qu’un cœur à la dérive 

Comment je fessai pour aimer avant toi ?

 

J’ai tout oublié, je ne sais plus

J’ai l’impression de ne plus avoir d’âme

Et dire qu’avant de t’avoir connu

J’aimai ça mais en moi maintenant tout se fane

 

Mais que puis-je faire ?

Rendez-moi ce que j’ai perdu

C’est un enfer

Que j’ai trop souvent vécu

Mais que puis-je faire ?

Je ne me reconnais plus

Seul sans repère

Mon cœur est parti, disparu

 

Des enfants tout autour de moi

Oui j’aurai aimé être père

J’y ai songé tant de fois

C’est le plus beau cadeau qui existe sur terre

 

Mais où est passé cette innocence ?

Que je pouvais ressentir

Non je n’aime pas la vengeance

Elle ne me pousse pas à agir

 

Mais que puis-je faire ?

Rendez-moi ce que j’ai perdu

C’est un enfer

Que j’ai trop souvent vécu

Mais que puis-je faire

Je ne me reconnais plus

Seul sans repère

Mon cœur est parti, disparu

 

Elle a tué ma joie de vivre

Comment es ce possible dites le moi ?

Impossible de survivre

J’aimerai que les battements reviennent là

 

Je ne veux pas être perçu

Comme quelqu’un sans courage

Qui d’avance se sent battu

Mon problème est que je suis un peu trop sage

 

Mais que puis-je faire ?

Rendez-moi ce que j’ai perdu

C’est un enfer

Que j’ai trop souvent vécu

Mais que puis-je faire ?

Je ne me reconnais plus

Seul sans repère

Mon cœur est parti, disparu

 

Que faut-il pour que tout revienne

Es ce qu’aimer je ne sais vraiment plus ?

Ou ai-je peur encore que la peine

Ne me blesse ou ne me tue

 

Un sourire qui changerait tout

Et que ses mots soient bien sincères

Qu’elle veuille croire en un nous

Juste un regard et la fin du mystère

 

Mais que puis-je faire ?

Rendez-moi ce que j’ai perdu

C’est un enfer

Que j’ai trop souvent vécu

Mais que puis-je faire ?

Je ne me reconnais plus

Seul sans repère

Mon cœur est parti, disparu

 

Je voudrai faire renaitre ma joie de vivre

Pour cela je t’attends toi

Un jour tu viendras faut que tu me délivres

Et l’amour comme unique loi

 

Pour m’apaiser et me guérir

De ce qu’on ressent mais ne voit pas

Celle là même qui nous fait tant souffrir

L’amour est le remède, et j’en aurai pour toi

20:15 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (10)

31/03/2010

Ce pays

Mais dans quel royaume vis t’on ?

Y a plus assez de place en prison

Mais pour dépenser notre pognon

Ils n’ont pas besoin de leçon

 

Nos " chères" ministres à douze mille euro

Qui font les fiers et les tous beaux

Y a plus personne quand faut sauver

Les travailleurs qu’ils soient ouvriers – employés

 

Mais en campagne ils reviendront

Serrer des mains te faire des sourires

N’ayez pas peur, nous gagnerons

Il y aura de l’emploi et de l’avenir

 

Moi je ne les ai jamais crus

Que savent-ils des difficiles fins de mois

Moi j’ dis plutôt, ils nous ont eus

Et ils nous mentiront encore tant de fois

 

Et ce monde est devenu dingue

Et moi j’ vais finir chez les fous

Et leurs produits dans leurs seringues

Vont me rendre tout gentil, tout doux

Et ce pays va tourner mal

Il est déjà sur le déclin

Comment tout est devenu si sale

La peur fait partie de notre quotidien

 

Aux infos et dans les journaux

Les nouvelles sont chaque fois pareilles

On se dit " oh non ça c’est faux "

Et demain se seront les mêmes aux réveils

 

On peut tuer à tout va

Violer, voler, on ne craint plus rien

Puisqu’un juge les relâchera

La police est blasée de voir ça chaque matin

 

Il est facile de critiquer

Mais eux ne sont jamais juger

Ils passent entre les mailles des filets

La justice… non ils ne sont pas trop inquiets

 

Moi je mets mon fils président

J’augmente son salaire sans effort

Qu’es-ce qu’on en a à faire des gens

T’as vu ma Rolex couverte d’or ?

 

Et ce monde est devenu dingue

Et moi j’ vais finir chez les fous

Et leurs produits dans leurs seringues

Va me rendre tout gentil, tout doux

Et ce pays va tourner mal

Il est déjà sur le déclin

Comment tout est devenu si sale

La peur fait partie de notre quotidien

 

Sur que j’ai pas toutes les réponses

Je ne pense pas tout révolutionner

Mais eux arrivent et ils annoncent

Qu’une usine va encore fermer

 

Que c’est la vie que c’est comme ça

Mais qu’ils vont faire le maximum

Pour sauvez les quelques emplois

Un directeur au minimum

 

Il faudra un jour descendre dans les rues

Montrer que l’on n’est pas d’accord

Leurs dire leurs promesses non tenue

Le poing levé, un signal fort

 

Je ne suis pas un révolutionnaire

Mais chaque jour c’est le même refrain

Pour nos enfants sur cette terre

Qu’es-ce qu’on leur laissera dans leurs mains ?

 

Car ce monde est devenu dingue

Et moi j’ vais finir chez les fous

Et leurs produits dans leurs seringues

Va me rendre tout gentil, tout doux

Et ce pays va tourner mal

Il est déjà sur le déclin

Comment tout est devenu si sale

La peur fait partie de notre quotidien

21:45 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (11)

27/03/2010

L'usure...

Je n’ai plus envie de rien

Oh tout peux s’arrêter ici

Mon existence, mes lendemains

Autant dire que tout est finit

 

Tu m’as eu avec ton regard

Comme une sirène fredonne un cri

Et puis tu plantes comme un poignard

Des mots dans mon être meurtri

 

Je ne voulais pas de ces malheurs

J’ai toujours espéré le contraire

Mais faut croire que moi et le bonheur

On ne se rencontrera pas sur cette terre

 

La bonne étoile c’est pas pour moi

Ou bien elle est perdue dans les airs

Je l’ignorerai la prochaine fois

Ou je l’enverrai en plein désert

 

L’usure, a consumé ma vie

L’usure, combien de temps encore allez dit

L’usure, vais-je en payer le prix ?

 

Je n’ai plus envie de leurs sourires

Car je n’y crois plus c’est ainsi

Adieu a tous ces nombreux désirs

Qui secrètement en moi étaient enfuis

 

Tout s’écroule devant nous

Et t’as pas connu le pire

L’agneau va se changer en loup

Puisqu’il n’y a pas d’autre avenir

 

Je ne voulais pas de ces blessures

Mais l’amour peut causer des tords

Qui reste, qu’on garde dans notre futur

Qui peut même provoquer la mort

 

Les bons moments ont les oublies

Il ne reste que les mauvais

Dans ton cœur c’est toujours la pluie

Il se noie mais ça tu le savais

 

L’usure, a consumé ma vie

L’usure, combien de temps encore allez dit

L’usure, vais-je en payer le prix ?

 

A trop voyager dans des rêves

J’ai perdu la réalité, mon esprit

T’as confondu et sur mes lèvres

On peut lire son baiser était maudit

 

J’ai cru tes mots doux, tes paroles

J’aurai du comprendre, mais j’ai rien compris

Voir qu’il n’y avait pas d’auréole

Que ça n’existe pas le paradis

 

Je n’ai plus d’envie c’est si simple

Tout m’indiffère, rien ne me sourit

J’en ai assez, je deviens dingue

Ou bien peut être que je le suis ?

 

Je n’ai plus envie du tout

Aimer je dis non merci

Aimer jusqu’ a s’en rendre fou

Une camisole, pour m’éviter que tout ne soit finit

 

Pour m’éviter que tout ne soit finit…

20:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (13)

23/03/2010

J'ai pas les mots

Je voulais savoir

Pourquoi ce joli regard

Était parfois si triste

Faut que les larmes résistent

 

Il ne faut pas être étonné

L’amour l’a aussi peiné

Elle ne le mérite pas

Je préfèrerai les voir briller de joie

 

On peut garder le sourire

Mais les yeux ne peuvent pas mentir

Je les ferme quelques fois

Pour qu’on ne voit rien de tout ça

 

Elle m’a dit j’en fais tout autant

Et je ne crois plus au prince charmant

J’ai bien trop souffert

J’ai maintenant l’âme un peu solitaire

 

Mais j’ai pas les mots

Pour guérir tes maux

J’ vois que t’as mal

Mais toi juste un seul mot

Même de loin s’il le faut

Et je ferrai tout, pour que ça se calme

Mais j’ai pas les mots

Ils me font défaut

Mais je suis là pour toi, c’est normal

 

J’étais en admiration

Car elle est la perfection

Mélange d’intelligence et de beauté naturelle

Elle me fait le même effet que les rayons du soleil

 

Mais sa peine était tellement grande

Qu’elle en oubliant les gestes tendres

J’aurai aimé effleurer

Son doux visage pour la rassurer

 

Il existe des anges sur terre

Mais le cœur remplit d’une colère

A cause des blessures qu’on leur a laissées

Le temps ne peut pas tout effacer

 

L’amour ce n’est pas de la magie

Mais un remède m’a-t-on dit

Comment faire pour encore y croire

Quand on ne connait que les mensonges dérisoires

 

Mais j’ai pas les mots

Pour guérir tes maux

J’ vois que t’as mal

Mais toi juste un seul mot

Même de loin s’il le faut

Et je ferrai tout, pour que ça se calme

Mais j’ai pas les mots

Ils me font défaut

Mais je suis là pour toi, c’est normal

 

Je voulais savoir

Pourquoi ce joli regard

Était parfois si triste

Maintenant que je sais, je persiste

 

Il faut espérer pourtant

La confiance se donne et s’apprend

Ressentir ce qu’on avait oublié

J’espère qu’un jour tu pourras de nouveau aimer

 

Oui c’est tout ce que je te souhaite

Même si tu dis que tu ne te sens pas prête

Une seule fois et tes yeux vont le trouver

Et plus jamais tu ne voudras les fermer

 

Il existe des anges par ici

Leurs cœurs ont croisés ma vie

L’amitié jamais ça ne se perd

Comme ce regard que tu espères

 

Mais j’ai pas les mots

Pour guérir tes maux

J’ vois que t’as mal

Mais toi juste un seul mot

Même de loin s’il le faut

Et je ferrai tout, pour que ça se calme

Mais j’ai pas les mots

Ils me font défaut

Mais je suis là pour toi, c’est normal

20:35 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (8)

19/03/2010

Désespérant, désespérant

Les souvenirs te reviennent

Tant les joies comme les peines

On ne peut pas les oublier

Dans notre mémoire c’est gravé

 

Il y avait les sourires

Qui t’on fait mille fois bondir

A te dire qu’es ce qu’elle est belle

Ton petit rituel

 

Mais tout est fini maintenant

Tu te sens si seul à présent

Et tu te répètes tous le temps

Désespérant, désespérant

 

On a joué avec ton cœur

Le mal ancré en profondeur

Comment panser ta blessure

Qui dure et perdure

 

Es-ce qu’il existe un remède

Accroche toi faut pas que tu cèdes

Tu trouveras la solution

Faut que tu tiennes bon

 

Même si tout est fini maintenant

Que tu te sens seul à présent

Pourquoi tu te répètes tous le temps

Désespérant, désespérant

 

Le sang boue encore dans tes veines

Et que devienne les je t’aime

Sont-ils perdus à tout jamais ?

Si je le savais !

 

Toujours le même mot guérir

Celui la qui tant te fait souffrir

Un ange qui me viendrait du ciel

Es-ce un rêve irréel ?

 

Mais tout est fini maintenant

Tu te sens si seul à présent

Et tu te répètes tous le temps

Désespérant, désespérant

 

L’amour n’est pas une erreur

Ce n’était juste pas ton heure

Même si tu dis que tu satures

Oublie là au fur et à mesure

 

Des yeux tu appelles à l’aide

Mais le silence te précède

Un jour ou l’autre ils rencontreront

Ceux qui te sauveront

 

Même si tout est fini maintenant

Que tu te sens seul à présent

Arrête de te répéter tous le temps

Désespérant, désespérant

20:01 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (10)

14/03/2010

L'histoire

L’histoire, était de t’aimer pourtant

L’espoir, n’est plus à présent

Si peu et le nous s’efface à toute allure

A cause de toi, j’ai au cœur, des fêlures

J’ai si mal, qui pour guérir mes blessures

Moi comme le métal, qui rouille à l’usure

 

L’histoire, est dorénavant

Du noir, du rouge et du sang

Pourquoi, j’ai pas vu la rupture ?

Sans quoi, je ne serai pas parti avec toi, à l’aventure

Mon âme, dois-je lui construire un mur ?

Tout se fane, au fur et à mesure

 

L’histoire n’a pas fait de mort

Mais à voir, combien elle me cause à tort

Pourtant on peut dire que j’y ai cru

Tout s’effondre, je m’en veux, si j’avais su

Et voila que tout est perdu

Oh toi ! Oh tu m’as bien eu

 

L’histoire, sombre décor

Ce soir, je fais les bars du port

Je me noie, de ce que j’ai vécu

Redresse toi, ne t’avoue pas vaincu

A la surface, remonter est ta seul issue

Tu peux le faire, bien entendu !

 

L’histoire, est finie maintenant

Mon regard se perd au néant

Je crois qu’on n’a plus rien à se dire

Et notre adieu, sera notre ultime souvenir

Oublier tout, savoir rebondir

Mais ou ? Vais-je bien pouvoir atterrir ?

 

L’histoire, au fil du temps

S’égare, s’envole au vent

Mauvais, sont les éternels soupirs

Regrets, il faut que je les vire

Qu’ils s’en aillent loin de mes désirs

Si j’ai le choix, j’aimerai encore pouvoir frémir

 

L’histoire, s’achève mi amor

Dérisoire, pourquoi j’y pense encore

Alors, que je ne ressens plus rien du tout

C’est que je dois, être sans dessus, dessous

Normal, mais je ne veux pas devenir fou

Panser, mes vieux et nombreux coups

 

L’histoire, ne s’écrit pas en lettre d’or

Illusoire, comme une carte au trésor

Trop chercher, des tes quiero, I love you

Jamais trouver, un ailleurs, un n’importe où

Au revoir, je sens qu’on arrive au bout

Trop tard, c’est écrit que c’est fini entre nous

 

C’est fini entre nous

Au revoir, au revoir, au revoir

C’est fini entre nous

Au revoir, au revoir, au revoir

12:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (10)

06/03/2010

L'ange sans aile

Je sais qu’il ne faut jamais regretter

Se souvenir des bons moments passés

Ensemble

Mais si un vœu je pouvais exhausser

Il y en a un auquel j’ai déjà pensé

Et je tremble

 

La magie c’est juste fait pour rêver

Une illusion qui est crée

Qui ressemble

A ce qui ne peut exister

Qu’en nous, et qu’on ne pourra jamais toucher

Il me semble

 

Mais toi tu es bien réelle

Oh toi, l’ange sans aile

Si loin, mais toujours aussi belle

Je ne t’oublie pas, même si tu ne donnes plus de nouvelles

Pour moi c’est l’essentiel

 

J’ai pas les mots pour te faire revenir

Pas sur non plus qu’on puisse se réunir

Encore

Je ne vais pas non plus me mentir

A quoi bon, tu finis par fuir

La vie, d’alors

 

Les histoires ont ne peut les ré-écrire

On ne peut qu’attendre et voir venir

L’aurore

Toit tu ne fais plus partie de l’avenir

Puis il y a des choses bien pires

Qu’un désaccord

 

Mais toi tu es bien réelle

Oh toi, l’ange sans aile

Si loin, mais toujours aussi belle

Je ne t’oublie pas, même si tu ne donnes plus de nouvelles

Pour moi c’est l’essentiel

 

J’ai vu passer les heures et les jours

L’aiguille a fait tellement de tour

Que ma tête

A exploser, c’était un compte à rebours

Si fort que j’en suis devenu sourd

Et toi tu restes muette

 

J’ai marché dans les rues et les faubourgs

Et j’ai regardé un peu tout autour

D’un coup tout s’arrête

Moi qui voulais t’oublier pour toujours

Je t’ai vue et mon cœur est devenu lourd

La cicatrice c’est ré-ouverte

 

Mais toi tu es bien réelle

Oh toi, l’ange sans aile

Si loin, mais toujours aussi belle

Je ne t’oublie pas, même si tu ne donnes plus de nouvelles

Pour moi c’est l’essentiel

 

Je sais qu’il ne faut jamais dire jamais

Du moins, je le pensai

En silence

Je n’ai plus la force mais je continuerai

Du peu qu’il m’en reste, je lutterai

Une évidence

 

Peut être un jour j’aimerai

Peut être un jour qui sait

La délivrance

Ce jour là je le savourerai

C’est qu’a toi plus, je ne songerai

Fin de cette souffrance

 

Mais qui pour croire à cette romance ?

 

Mais toi tu es bien réelle

Oh toi, l’ange sans aile

Si loin, mais toujours aussi belle

Je ne t’oublie pas, même si tu ne donnes plus de nouvelles

Pour moi c’est l’essentiel

21:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (13)

01/03/2010

Dimo como curer lo que no se ve?***Dis-moi comment guérir ce qu’on ne voit pas ?

An saltado lagrimas de dolores

No las pude retener, que se vayan

Pensando en ti en todos nuestros errores

Ellos a mi plaza que harian

 

Es que verlos asi, todo parece tan facil

Y yo repito, amar, no y jamas

Lo dejamos por casas tan infantil

El tu y yo, nunca, nunca volvera

 

Mi corazon se marcha

Lluego muere

El no puede resistir

Si tu ya no me miras como ayer

La pena sube y no baja

No se duerme

Duele hasta el amanecer

Dimo como curer lo que no se ve

Quien me curara la herida ?

 

Pasa el tiempo, hay que poner todo en orden

Mi alma, mis latidos, mi cabeza

Porque al principio todo esto hace que duele

Buscar fuerzas para olvidar mi pena

 

Esperando que me llegue otra sonrisa

De momento solo puedo, imaginar

Cuanto me gustaria volver a tener un amor en mi vida

Tengo que cojer pacienca y solo esperar

 

Mi corazon te llama

Grita fuerte

El no quiere morir

Si tu no me sientes, que puedo hacer ?

El cariño sube y no baja

No se duerme

Coje aire a tu amanecer

Dime como curar lo que no se ve ?

Curame la herida

 

Mi corazon t’espera

No se donde…

Tengo que ir

Donde late el tuyo, no lo se

La locura sube y no baja

No se duerme

De la noche al amanecer

Dimo como curar lo que no se ve

Tu puedes curar mi herida ?

 

*****************************************************

 

On jaillit des larmes de douleur

Je n’ai pu les retenir, qu’elles s’en aillent

En pensant à toi, à toutes nos erreurs

Eux à ma place que feraient-ils ?

 

C’est que les voir eux comme ça, tout parait si facile

Et je répète, aimer, non et plus jamais

On c’est délaissé pour des choses si infantiles

Le toi et moi, plus jamais, jamais ne reviendra

 

Mon cœur s’en va

Après il meurt

Lui ne peut pas résister

Si tu ne me regardes plus comme hier

La peine monte et ne descend pas

Il ne dort pas

Il a mal jusqu'à l’aube

Dis-moi comment guérir ce qu’on ne voit pas ?

Qui va me guérir, de cette blessure ?

 

Passe le temps, il faut tout remettre en ordre

Mon âme, mes battements, ma tête

Parce qu’au début, tout ceci fait qu’on a mal

Chercher des forces pour oublier, ma peine

 

En attendant que m’arrive un autre sourire

Pour le moment je ne peux, qu’imaginer

Combien j’aimerai avoir un amour dans ma vie

Je dois prendre patience et seulement espérer

 

Mon cœur t’appelle

Hurle fort

Il ne veut pas mourir

Si tu ne m’entends pas que puis-je faire ?

La douceur monte mais ne descend pas

Ne dort pas

Prend de l’air à ton aube

Dis-moi comment guérir ce qu’on ne voit pas ?

Guérit moi de cette blessure

 

Mon cœur t’attend

Mais je ne sais pas où…

Je dois aller

Ou bat le tient, je ne le sais pas

La folie monte et ne descend pas

Elle ne dort pas

De la nuit jusqu’à l’aube

Dis-moi comment guérir ce qu’on ne voit pas ?

Peux-tu guérir ma blessure ?

21:05 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (9)

24/02/2010

Peut-on renaître ou on n’est pas né ?***** Tout simplement

Le départ a sonné

Je prends le chemin de l’aller

Bientôt dans les airs

Enfin de tout je m’éloigne

Pour pouvoir me recentrer

Car je n’ai plus de repère

 

J’avais touché le fond

L’hiver comme unique saison

Je n’avais plus de rêve

Juste des « a quoi bon »

Sans aucune émotion

Autant dire « je crève »

 

Peut-on renaître ou on n’est pas né ?

Es-ce que c’est possible ?

Es-ce que c’est possible ?

Peut-on renaître ou on n’est pas né ?

Es-ce que c’est possible ? Qui sait ?

Si c’est possible 

 

Le retour j’ veux pas y penser

J’ veux d’abord profiter

Et que tout s’apaise

Voir le soleil briller

Sentir la peine se détacher

Car sur moi elle pèse

 

Quel drôle de sensation

Quand parcoure un frisson

Faut que ça revienne

Mais rien à l’horizon

L’amour quand le reverra t’on

J’attends la scène

 

Peut-on renaître ou on n’est pas né ?

Es-ce que c’est possible ?

Es-ce que c’est possible ?

Peut-on renaître ou on n’est pas né ?

Es-ce que c’est possible ? Qui sait ?

Si c’est possible

 

Non je ne peux pas vous oublier

Mon cœur est rempli d’amitié

La chance que j’ai

Mais plus la place pour aimer

Non juste des amis pour l’éternité

Aimer, non ce n’est pas grave tu sais

 

Si certains se disent « il se pose trop de questions »

Faudrait plutôt dire « il a surement ses raisons »

Rien à dire, me taire

Si j’ai pas la musique pour créer une chanson

Je laisse libre court a votre imagination

Je vous laisse faire

 

Peut-on renaître ou on n’est pas né ?

Es-ce que c’est possible ?

Es-ce que c’est possible ?

Peut-on renaître ou on n’est pas né ?

Es-ce que c’est possible ? Qui sait ?

Si c’est possible

***************************************************************************************

M’en aller, très loin, emporté par le vent

T’oublier, c’est ainsi pas autrement

Tout effacer oui mais faudra du temps

Même si c’est difficile, car je t’aimais tant

 

M’habituer a cette nouvelle situation

Tôt ou tard disparaissent les questions

Ne me demandes pas si mon moral est bon

Qu’es ce que tu en as à faire de mes émotions

 

Oublions-nous,

Simplement

 

Même sans repère

Comme dans le désert

Je ne suis pas perdu pour autant

Même en enfer

Je saurai quoi faire

Alors oublions-nous, tout simplement

 

S’exiler très loin, sur un autre continent

La distance nous change t’elle, pas vraiment

Mais dans un regard d’azur, d’océan

Oh ce bleu oui me fait du bien pourtant

 

Le mal que j’avais s’en va direction

Les ténèbres de la haine, qu’il s’en aille donc

Avoir le cœur libre, sans blessures, un rayon

De soleil dans ma vie, ça ne vaut pas des millions

 

Oublions-nous,

Simplement

 

Même sans repère

Comme dans le désert

Je ne suis pas perdu pour autant

Même en enfer

Je saurai quoi faire

Alors oublions-nous, tout simplement

 

A trop rêver, d’amour, chaud brulant

Je peux dire aujourd’hui, rêves d’enfants

Trop espérer de lendemain chantant

Mais tu n’as eu que faire de mes sentiments

 

J’ai failli perdre la raison

Mais mes larmes non plus jamais ne couleront

Car je n’ai plus d’horizon

Mais encore quelques tristes frissons

 

Oublions-nous

Simplement

 

Même sans repère

Comme dans le désert

Je ne suis pas perdu pour autant

Même en enfer

Je saurai quoi faire

Alors oublions-nous, tout simplement

20:45 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (12)

17/02/2010

Triste poème

Un sourire, un regard

Des mots doux, un peu d’espoir

Es-ce que c’est trop demandé

Tu continues de me nier

 

Notre amitié, aux oubliettes

Pas de feu pas d’allumettes

Pour refaire naitre la chaleur

Celle éteinte au fond de nos cœurs

 

Plus de nouvelles c’est bizarre

Moi je voulais juste savoir

Si le bonheur te rendait

Heureuse car tu le méritais

 

Mais le silence me répète

Toujours la même mélodie a tue tête

Il peut la chanter des heures

Jamais, jamais elle ne meurt

 

Je me dirai que ce n’est rien

Que les souvenirs ça va, ça vient

J’espère que pour toi tout va

Moi je traine mon ennui ici et là

Si tu ne veux plus rien me dire

Moi je ne peux qu’écrire

Que des phrases un peu blêmes

Pour ce triste poème

Poème

 

Mais encore la même question

Pourquoi tu ne me réponds

Pas quand moi je t’appelle

Sais-tu comme tu es cruelle

 

Si tu ne veux plus être mon amie

Un seul mot et ça suffit

Il y aura de la tristesse

Si c’est ton choix, je te laisse

 

J’attendrai la bonne saison

J’espère que ce ne sera pas trop long

Juste un signe de ta main frêle

Adieu ou le retour des étincelles

 

Un peu de rêve, un peu de folie

Rien ne me ferait plus envie

Je n’aimerai pas que cela cesse

Mais s’il le faut j’accepte et te délaisse

 

Je me dirai que ce n’est rien

Que les souvenirs ça va, ça vient

J’espère que pour toi tout va

Moi je traine mon ennui ici et là

Si tu ne veux plus rien me dire

Moi je ne peux qu’écrire

Que des phrases un peu blêmes

Pour ce triste poème

Poème

 

Puisque tu as l’air occupée

Ce coup ci sera le dernier

C’est simple je ne t’ennuierai plus

Le contact sera rompu

 

Je ne verserai pas de larmes

Et je n’en ferai pas tout un drame

Une petite pointe de colère

De douleur au gout amer

 

Passeront les années

Et tout ce que je peux te souhaiter

C’est du bonheur, le mien perdu

Nous ne sommes plus que des inconnus

 

Ici s’achève cette trame

Nous oublierons donc nos âmes

On n’y gagne rien on y perd

Et à cela je ne peux plus rien y faire

 

Je me dirai que ce n’est rien

Que les souvenirs ça va, ça vient

J’espère que pour toi tout va

Moi je traine mon ennui ici et là

Si tu ne veux plus rien me dire

Moi je ne peux qu’écrire

Que des phrases un peu blêmes

Pour ce triste poème

Poème

21:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (9)

13/02/2010

Je t'aime c'est le plus important

Je voudrai dédier ce texte a Marylène et son mari...

Bien à vous

besos

 

 

Je t’écris cette lettre mon amour

Je veux que tu saches pour toujours

Je te garde au plus profond de mon cœur

T’es mon homme, mon porte bonheur

 

Jamais je n’avais imaginé

Qu’on puisse nous séparer

J’ai d’abord cru un cauchemar

Non je ne voulais pas y croire

 

Les larmes sont venues m’envahir

T’as fini par me sourire

On est fort on sera courageux

On forme un à nous deux

 

Injustice, alors te voilà

Je te déteste, cent mille fois

Que puis-je faire, mon dieu aidez moi

Je suis sur que vous entendez ma voix

Injustice, alors tu es là

Je te hais bien plus que tu ne crois

Que puis-je faire, mon dieu je ne sais pas

Ne nous laissez pas comme ça

 

Je t’écris ces mots un peu fous

Car pour moi tu es tout

Personne d’autre comme toi sur cette terre

N’existe, oh oui ça c’est clair

 

J’ai si mal et voilà que je tremble

Dans ma tête nous c’est ensemble

La vie sur son chemin elle avance

Moi je ne suis que silence

 

Pourtant on connait la chanson

De la haut sur vous, nous veillons

Ce n’est pas ton heure mon ange

C’est ça qui me dérange

 

Injustice, alors te voilà

Je te déteste, cent mille fois

Que puis-je faire, mon dieu aidez moi

Je suis sur que vous entendez ma voix

Injustice, alors tu es là

Je te hais bien plus que tu ne crois

Que puis-je faire, mon dieu je ne sais pas

Ne nous laissez pas comme ça

 

Je t’écris cette lettre mon amour

J’ veux que tu saches pour toujours

Qu’en moi tu seras toujours présent

Saches que je t’aime, c’est le plus important

 

Je t’aime c’est le plus important

Je t’aime c’est le plus important

Je t’aime c’est le plus important

Je t’aime c’est le plus important…

22:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (7)

08/02/2010

Il n'y avait que moi ce matin

Il n’y avait plus que moi ce matin

Quand je me suis réveillé

Je t’ai cherchée de la main

Mais je ne t’ai pas trouvée

 

Disparue comme par magie

Je me suis dit « elle va bientôt revenir »

J’attends toujours ici

A travers cette porte t’aurai pu me sourire

 

Il y a bien longtemps déjà

Que cette image n’est plus

Qu’un vieux souvenir enfouis là

Un mirage cent fois aperçu

 

Il n’y avait plus que moi ce matin

Devant mon petit déjeuner

Je n’avais pas faim

Mais je me suis quand même forcé

 

Quel tour as-tu joué à ma vie

Mauvais cela va sans dire

J’imagine que tu souris

Ça te fait quoi de mentir ?

 

Mais un jour oui tu verras

Tu croiras être au dessus

Et cette fois là crois-moi

C’est toi qui va être déçue

 

Allez, j’en reste là

Me taire, d’infini

Le silence comme ami

Le soleil va se lever

Le soleil va briller

Et doucement je vais t’oublier

Et tout effacer

 

Il n’y avait plus que moi ce matin

Et je me suis demandé

Où est-elle ? J’en sais rien

Pourquoi me suis-je donc inquiété

 

Deviendras-tu mon ennemie ?

Es-ce que je dois m’attendre au pire ?

Ou ne serais-je plus qu’un oubli ?

Que t’es tu dis juste avant de partir ?

 

Moi je me suis dis pourquoi

Mais seul le silence m’a répondu

Puisque tu as fait une croix

Moi je sais juste le mal que j’ai eu

 

Il n’y avait plus que moi ce matin

J’ai fini par l’accepter

C’est peut être aussi bien

Mais j’aurai aimé être consolé

 

Parfois je me suis même dit

Le mal ça peut se guérir

Peu à peu je t’oublie

Et j’essaye de ne pas trop me mentir

 

Et quand le bonheur viendra

J’écrirai un meilleur menu

Je dirai dans ses bras

Ce n’est pas un paradis perdu

 

Allez, j’en reste là

Me taire, d’infini

Le silence comme ami

Le soleil va se lever

Le soleil va briller

Et doucement je vais t’oublier

Et tout effacer

21:30 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (11)

03/02/2010

Une rencontre

On les croisse souvent dans la rue

Alors que nous on marche un peu perdu

C’est là qu’on pense aux beaux souvenirs

Avant que la détresse ne revienne nous envahir

 

On y a gouté aussi un jour

Et on attend que vienne notre tour

J’entends certain y croire encore

D’autres disent non pour moi c’est mort

 

Des couples se baladent à perte de vue

Des baisers sont donnés ou rendus

Ceux là même qui rende le sourire

Et qui souvent peuvent te guérir

 

Et si ta vie prend trop de détour

Que tout commence à peser trop lourd

Il faut y croire et faire l’effort

Garder l’espoir, faut rester fort

 

Une rencontre, pour tous ces gens

Qui rêvent d’amour passionnant

Une rencontre, qui change les choses

A en oublier les ecchymoses

Une rencontre et quelques sourires

Pour croire encore en l’avenir

Une rencontre et un regard

Qui pourra changer ton histoire

Une rencontre pour tous ces gens

Une rencontre, tout simplement

 

Tu as encore tellement de songes

Même si tu n’as connu que des mensonges

Réalise-les sans plus attendre

Avance et tu pourras te surprendre

 

Imagines toi du merveilleux

Des voyages ou le ciel est bleu

Du bonheur et le soleil

Enfin ce qu’y au fond de toi sommeil

 

Je n’ai plus envie qu’on m’allonge

KO d’amour je jette l’éponge

Je ne serai jamais bon pour me vendre

Même si je souris, faut pas s’y méprendre

 

Es-ce qu’un jour au fond de moi j’irai mieux

Que la tristesse ne se lira plus dans mes yeux

Et verra-t-on des mots pareils

Aimer, rêver et qu’ils deviennent enfin réel

 

Une rencontre, pour tous ces gens

Qui rêvent d’amour passionnant

Une rencontre, qui change les choses

A en oublier les ecchymoses

Une rencontre et quelques sourires

Pour croire encore en l’avenir

Une rencontre et un regard

Qui pourra changer ton histoire

Une rencontre pour tous ces gens

Une rencontre, tout simplement

21:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (8)

30/01/2010

J'écris...tout s'écroule

J’écris, car j’ai le cœur qui saigne

J’écris, mes doutes et toutes mes peines

J’écris, la vie que je vois, peut être la tienne ?

J’écris, souvent je revois les scènes

 

J’écris, et toi tu fais pareil

J’écris, tous ce mal qui sommeil

J’écris, que le froid a pris la place du soleil

J’écris, chaque jour est pire que la veille

 

Tout s’écroule au fond de ma tête

Tout s’écroule sonne l’heure de la défaite

Tout s’écroule ne reste que des miettes

Tout s’écroule et je… je me perds

 

J’écris, peut être que tu t’en rappelles

J’écris, mais pas qu’a cause d’elle

J’écris, rare que ce ne soit pas réel

J’écris, mais très peu de mots comme beau ou belle

 

J’écris, pour oublier l’enfer

J’écris, preuve que je suis encore sur terre

J’écris, car j’ai peur de manquer d’air

J’écris, j’ crois être en plein désert

 

Tout s’écroule au fond de ma tête

Tout s’écroule sonne l’heure de la défaite

Tout s’écroule ne reste que des miettes

Tout s’écroule et je… je me perds

 

J’écris, le sang coule dans mes veines

J’écris, tant pis pour les rengaines

J’écris, sans voir ou ça me mène

J’écris, je jure qu’il n’y a pas de haine

 

J’écris, juste être dans mon petit monde

J’écris, pour pas que je m’effondre

J’écris, l’espoir ce peut il qu’il fonde

J’écris, chaque goutte à chaque seconde

 

Tout s’écroule au fond de ma tête

Tout s’écroule sonne l’heure de la défaite

Tout s’écroule ne reste que des miettes

Tout s’écroule et je… je me perds

 

J’écris, dans mes mots vos regards

J’écris, même si on ne peut se voir

J’écris, et je viendrai vous revoir

J’écris, faut un nouveau départ

 

J’écris, je ne veux pas que ça s’arrête

J’écris, même si le cœur n’est pas toujours à la fête

J’écris, je ne veux pas paraitre bête

J’écris, parce que tout le temps je m’inquiète

 

Tout s’écroule au fond de ma tête

Tout s’écroule sonne l’heure de la défaite

Tout s’écroule ne reste que des miettes

Tout s’écroule et je… je me perds

 

J’écris, parfois vous vienne des larmes

J’écris, du silence en vacarme

J’écris, espérant que ça vous charme

J’écris, car c’est mon unique arme

 

J’écris, vous fais un clin d’œil complice

J’écris, dans une ombre je m’immisce

J’écris, et lentement je m’esquisse

J’écris, à la fin faut que je frémisse

 

Tout s’écroule au fond de ma tête

Tout s’écroule sonne l’heure de la défaite

Tout s’écroule ne reste que des miettes

Tout s’écroule et je… je me perds

21:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (8)

25/01/2010

Tout tes rêves les plus fous / Abandonné

Son sourire enfantin, m’a hypnotisé

Si beau je m’en souviens non je ne l’ai pas oubliée

Ni l’odeur de sa peau, quand dans mes bras elle était

 

Son regard de douceur, peu à peu m’a charmé

Des battements dans mon cœur, se sont mis à cogner

Je m’envolais si haut, des doigts le ciel je touchais

 

Sa bouche attirante, je m’y suis déposé

Ses courbes lancinantes, vertige de beauté

Le plus joli cadeau, c’est quand elle m’a dit je t’attendais

 

Tous tes rêves les plus fous

Oublie-les

Tous tes rêves les plus fous

Oublie-les

 

Des mots assassins, sont venus me frapper

La douleur ce n’est pas rien, elle peut te foudroyer

J’entendais cet écho, qui avec moi s’amusait

 

Une balle de snipper en plein milieu m’a touché

On ne s’envoie plus de fleur, ça, ça fait partie du passé

Je me relèverai bientôt, oh oui je riposterai

 

Ses lèvres de venin, on fait disperser

Ce poison qui demain, devait m’envoyer valser

Et si j’ai eu chaud, c’est qu’à deux doigts j’y passais

 

Tous tes rêves les plus fous

Oublie-les

Tous tes rêves les plus fous

Oublie-les

 

Je ne t’avais pas jugée

Et je t’ai écoutée

Compris ton malheur

Je t’ai dis n’ai pas peur

Mais il fallait croire

Que tu ne voulais pas de moi

Dans ton histoire

 

Mais tu m’as invitée

Et on a partagé

Des moments de bonheur

J’y ai cru chaque minute de chaque heure

Mais tu t’es moquée de moi

Et j’ai sombré dans le noir

 

J’ai du puiser des forces

Que je ne croyais pas avoir

Mais une haine si féroce

C’est approprié mon regard

Et je ne crois plus en rien

En rien du tout

 

Mes amis m’ont sauvé

Remis sur le droit chemin

Heureusement j’ai leur amitié

C’est ce que j’ai de plus précieux comme bien

Même si je suis devenu fou

Je n’y peux rien

 

Tous tes rêves les plus fous

Oublie-les

Tous tes rêves les plus fous

Oublie-les

Tous tes rêves les plus fous

Oublie-les

Tous tes rêves les plus fous

Oublie-les

 

*********************************************************

 

Abandonné comme un chien

Mon cœur a eu tellement mal

Je n’ai plus envie de rien

Tout me semble si banal

 

Abandonné  dans mes rêves

Ça y est tout est terminé

Peu à peu ils s’achèvent

Je n’aurai pas du espérer

 

Abandonné seul au monde

Comme sur une ile, je suis perdu

Il y a tout qui s’effondre

Pas de sortie, pas d’issue

 

Et je m’en veux là

D’être aussi débile

Les larmes coulent facile

Puis-je encore me relever ?

Me remettre sur pied ?

 

Abandonné dans la haine

La rage prend possession de mon corps

Je brulerai tout les je t’aime

Ces cendres les voir voler sans effort

 

Abandonné dans mes mots

Car je ne sais plus quoi écrire

J’entends toujours cet écho

Je voudrai tellement le fuir

 

Abandonné dans mes yeux

Le regard pointé vers le sol

Que faire pour être mieux

Car ici tout me désole

 

Et je m’en veux là

D’être aussi débile

Les larmes coulent facile

Puis-je encore me relever ?

Me remettre sur pied ?

 

Abandonné j’ai si froid

Depuis maintenant trop de temps

Et les faut que t’y crois

Moi je n’y crois plus vraiment

 

Abandonné sans espoir

Il n’y a plus rien à faire

Il est maintenant trop tard

Pas de paradis mais l’enfer

 

Abandonné c’est la fin

Car il n’y a plus d’horizon

Un dernier au revoir de la main

J’aperçois les cris du silence, pour de bon

20:20 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (7)