13/03/2011

JULIA

Je marche dans la ville lumière

Mais en moi plus rien ne s’éclaire

Depuis que julie est partie

C’est comme si je n’avais plus de vie

Le cœur brisé, le cœur foutu

Comment retrouver, ce qu’on a perdu

Parfois j’ crois même t’apercevoir

Alors je cours mais c’est trop tard

 

Il n’y a pas pire et grande douleur

Que de voir son amour qui meurt

Qu’est ce que j’ dois faire, je t’en supplie

Que l’on m’enterre si c’est fini

Je veux te revoir me sourire

Je deviens fou, j’ sais plus quoi dire

Oh si seulement amor tu savais

Ce que ce mal… ce mal me fait

 

Toujours le même mirage dans les yeux

Ton visage qui se barre en moins deux

Alors je crie à l’agonie

Cette souffrance qui se multiplie

Mon corps veut te serrer si fort

J’hurle ton prénom jusqu'à là mort

Mais j’en peux plus de ce silence

J’attends ta voix comme délivrance

 

Minuit moins quart et je te sonne

Mais ton répondeur me redonne

Ce même message à l’infini

Mais tu es où, ma belle julie

Peut être ta passer la frontière

Je te vois bien hôtesse de l’air

Mais tant que tu ne me dis pas adieu

J’ continuerai d’être amoureux

 

J’irais te chercher au bout du monde

Et tant pis si le tonnerre gronde

Que les éclairs m’emmènent loin d’ici

C’est toujours mieux qu’être seul dans la nuit

Pour toi j’ai écris ce refrain

Il ne manque plus qu’une jolie fin

Un point final à tout cela

Julie je t’en prie reviens-moi

 

Julia vient me sauver mon amour

J’y crois, j’y crois, j’y crois toujours

Julie vient me sauver mon cœur

Avant qu’ j’ ne sombre dans la douleur

Julia je t’aime, je n’aime que toi

Dans mes yeux, y a que toi que je vois

Julie sauve moi je t’en supplie

Ou je serai fini à a l’infini

Julia vient me sauver mon amour

J’y crois, j’y crois, j’y crois toujours

Julie vient me sauver mon cœur

Avant qu’ j’ ne sombre dans la douleur

Julia je t’aime, je n’aime que toi

Dans mes yeux, y a que toi que je vois

Julie sauve moi je t’en supplie

Ou je serai fini à a l’infini

21:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (5)

06/03/2011

Dans le froid

Toutes ces journées sans toi
Je les passe dans le froid
A chercher ton regard
Mais rien qui ne brille, dans le noir

Je me demande où tu es ?
Si je pouvais, tout près je serai
A te serer dans mes bras
Pourquoi je rêve ? Je ne sais pas !

Et le temps continue
Moi je marche dans les rues
Espérant te trouver
Dans tes yeux, me réfugier

Un écho me répond
Seul tu seras pour de bon
Il n’y a rien d’autre ce soir
Que moi et mon désespoir

Je m’accroche quand même
J’attends que tu me reviennes
Chaque seconde un enfer
De ce sort, faut que tu me libères

Goutter aux jours heureux
A deux se serait merveilleux
Pour que l’amour se lève au loin
Je cherche toujours ce chemin

Peut-il encore y croire ?
Mon cœur voudrait savoir
Où est-ce peine perdue
Un jour me viendras-tu ?

Écrire avec des larmes
Car les mots me désarment
Ils me laissent sans voix
Et toujours seul dans le froid

21:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (5)

26/02/2011

Prend ma main

Elle ressemble sans mentir

A l’amour qui à des ailes

Dans son regard je pourrai vivre

J’ crois même toucher le ciel

 

Elle a le plus beau sourire

A en éclipser le soleil

La lune n’a trop su que dire

Et la nuit n’a pu lui porter conseil

 

Comme une brise qui rafraichit

Quand la chaleur est mortelle

Je lui donnerai tout même ma vie

J’y peux rien, je suis fou d’elle

 

Prend ma main

Si t’as besoin

Prend ma main

S’il le faut tu prends tout

Prend ma main

Si t’as besoin

Prend ma main

Ça ne me gène pas du tout

 

Pour que vous imaginiez

Elle c’est un coin de paradis

Quand j’ai les fermés

Tout s’apaisent et puis j’écris

 

Que je pourrai bien l’aimer

Au-delà des frontières

Que rien ne peut m’arrêter

S’il le faut j’irai aux quatre coins de la terre

 

Pour elle, je serrai

Près à lui lancer des fleurs

Mais pour elle je donnerai

Sans réserve, tout mon cœur

 

Prend ma main

Si t’as besoin

Prend ma main

S’il le faut tu prends tout

Prend ma main

Si t’as besoin

Prend ma main

Ça ne me gène pas du tout

21:30 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (5)

19/02/2011

Et je tourne les pages

Quand je pensai à l’avenir

Je me voyais souvent papa

Mais ce ne sont plus que des souvenirs

Qui ne se réaliseront pas

Dire adieu à mes désires

Il n’existe rien de tout cela

J’aurai pourtant du voir venir

Puisque plus rien n’est écrit devant moi

 

Et je tourne les pages et les pages

Du livre blanc de ma vie

Et je tourne les pages et les pages

L’amour ne m’a jamais réussi

 

Il m’arrive parfois de sourire

Quand je repense à tout ça

Oui ça aurait pu être pire

Mais être seul… enfin tu vois

J’aurai aimé entendre me dire

Des mots qui te laissent sans voix

Moi ils m’ont fait plutôt souffrir

Les larmes qui coulent, ne sont pas de joie

 

Et je tourne les pages et les pages

Du livre blanc de ma vie

Et je tourne les pages et les pages

L’amour ne m’a jamais réussi

 

Puisqu’il n’y a plus d’avenir

Sur mes rêves j’ai fais une croix

Il ne me reste plus que des soupires

Je pense même que tout doit s’arrêter là

Ma volonté ne doit pas suffire

Mes forces m’abandonnent pas à pas

Doucement je me vois partir

Ma douleur enfin s’arrêtera

 

Et je tourne les pages et les pages

Du livre blanc de ma vie

Et je tourne les pages et les pages

L’amour ne m’a jamais réussi

Et je tourne les pages et les pages

Du livre blanc de ma vie

Et je tourne les pages et les pages

Cette fois ci c’est fini

21:05 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (4)

12/02/2011

Pourquoi

Je ne demandais pas l’impossible

Mais faut croire que le sort s’acharne sur moi

L’amour rime avec invisible

Mais surtout que tu ne m’aimeras pas

 

Pourquoi, pourquoi, jamais rien ne va ?

Pourquoi, pourquoi, toujours seul pourquoi ?

 

On me dit des choses gentilles

Mais ça n’arrange en rien mon cas

Faut bien plus qu’une chance sur mille

Pour que ton cœur me dise je suis à toi

 

Pourquoi, pourquoi, jamais rien ne va ?

Pourquoi, pourquoi, toujours seul pourquoi ?

 

Quand je vois ton sourire

Paysage qui me rend fou de joie

Comme une fleur qu’on aime sentir

Qu’on effleure même du bout des doigts

 

Pourquoi, pourquoi, jamais rien ne va ?

Pourquoi, pourquoi, toujours seul pourquoi ?

 

J’aimerai savoir ce qu’il faut faire

Prier ou rêver de je ne sais quoi

Mais mon vœu le plus chère

C’est juste d’être dans tes bras

 

Pourquoi, pourquoi, jamais rien ne va ?

Pourquoi, pourquoi, toujours seul pourquoi ?

 

J’espérai que tu me le dises

Et que tes sentiments changeraient tu vois

Mais il y a eu méprise

Je suppose que tu as fait ton choix

 

Pourquoi, pourquoi, jamais rien ne va ?

Pourquoi, pourquoi, toujours seul pourquoi ?

 

Toujours la même phrase qui défile

Oh non jamais, elle ne changera

Je ne suis pas trop ton style

Moi je n’ai pas de remède à ça

 

Pourquoi, pourquoi, jamais rien ne va ?

Pourquoi, pourquoi, toujours seul pourquoi ?

 

Je ne sais plus trop quoi dire

Que puis-je donc rajouter à tout cela ?

Que peut être ça ne sert à rien d’écrire

Ce n’est que du vent, oui mais voilà

 

Pourquoi, pourquoi, jamais rien ne va ?

Pourquoi, pourquoi, toujours seul pourquoi ?

 

J’aurai aimé sur cette terre

Entendre des mots, qu’on n’oublie pas

Toi tu avais tout pour me plaire

Intelligente, drôle et belle à la fois

 

Pourquoi, pourquoi, jamais rien ne va ?

Pourquoi, pourquoi, toujours seul pourquoi ?

23:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (5)

06/02/2011

J'aurai pas du rêver

J’ai rêvé d’un nous deux

Ou j’ vivais dans tes yeux

J’étais comme sur un nuage

 

Tout était merveilleux

Si bien, si heureux

J’ pensais pas que ce ne serait qu’un mirage

 

J’ai du vite déchanter

La réalité

Est a apparue à mon visage

 

Même plus besoin d’espérer

Ou d’imaginer

L’amour me détruit au passage

 

J’ai rêvé d’un sourire

De nous voir grandir

Entourer de douceur

 

Mais pas le temps de l’écrire

Que s’effondre mes dires

Et apparait la douleur

 

Je nous imaginais même

Dans une tendre bohème

Ça n’a duré qu’un quart d’heure

 

Je revois souvent la scène

En moi toujours cette peine

Qui à jamais fait saigner mon cœur

 

J’ai rêvé de passion

Sans interruption

J’aurai tellement aimé ça

 

Mais s’envole la raison

Il n’y a plus d’horizon

J’ pensais pas que ça ferai autant de dégât

 

Si difficile à croire

Tout est devenu noir

Tout détruit en une seconde

 

C’est la fin de l’histoire

Sur cet au revoir

Les larmes se font, eau profonde

 

J’ai surement trop rêvé

Je n’y ai jamais goutté

Et je n’y goutterai jamais

 

Le temps peut bien s’écouler

Rien ne va changer

Ça oui je le sais

 

J’ai trop imaginé

Nous deux et l’éternité

Ça sonnait comme une fête

 

J’aurai pas du rêver

Ni trop espérer

Mais ou avais-je donc la tête ?

00:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (6)

29/01/2011

TANT DE PEINE

Et j’ai fais les cents pas toute la nuit

Par tes mots, j’ai perdu le sommeil

Dans ma tête, le vide pas un bruit

Mais ce mal, qui me tient en éveil

 

A quoi donc rimait cette comédie

Dis-moi qu’elle était, mon rôle

Je commence à détester ce mot « gentil »

D’ailleurs je ne lui trouve, rien de drôle

 

Et comment se fait-il que j’ai tant de peine ?

Comment se fait il que les larmes me montent aux yeux ?

Comment se fait il que mon cœur se traine ?

Et meurt de ne plus être amoureux !

Et pourquoi faut il encore qu’il saigne ?

Des autres suis-je si différent ?

J’ai jamais entendu un je t’aime !

Mais m’a t’on aimer, seulement ?

 

Et j’ai retourné les questions à l’infini

A m’en rendre fou, et puis plus rien n’est pareil

Mais qu’ai-je donc fais pour mériter ceci ?

La douleur brûle, comme un soleil

 

Et comment se  fait-il que j’ai tant de peine ?

Comment se fait il que les larmes me montent aux yeux ?

Comment se fait il que mon cœur se traine ?

Et meurt de ne plus être amoureux !

Et pourquoi faut il encore qu’il saigne ?

Des autres suis-je si différent ?

J’ai jamais entendu un je t’aime !

Mais m’a t’on aimer, seulement ?

 

Et j’ai pourtant l’envie au fond de moi

Mais qui… me sauvera ?

Puisqu’en amour il n’existe pas de loi

Juste le vivre, et on verra

 

Et comment se fait-il que j’ai tant de peine ?

Comment se fait il que les larmes me montent aux yeux ?

Comment se fait il que mon cœur se traine ?

Et meurt de ne plus être amoureux !

Et pourquoi faut il encore qu’il saigne ?

Des autres suis-je si différent ?

J’ai jamais entendu un je t’aime !

Mais m’a t’on aimer, seulement ?

 

Mais comment se fait-il que j’ai tant de peine ?

Comment se fait il que les larmes me montent aux yeux ?

Comment se fait il que mon cœur se traine ?

Et meurt de ne plus être amoureux !

Et pourquoi faut il encore qu’il saigne ?

Des autres suis-je si différent ?

J’ai jamais entendu un je t’aime !

Mais m’a t’on aimer, seulement ?

******************************************************************************

 

 

  

La version longue...

Et j’ai fais les cents pas toute la nuit

Par tes mots, j’ai perdu le sommeil

Dans ma tête le vide pas un bruit

Mais ce mal, qui me tient en éveil

 

A quoi donc rimait cette comédie

Dis-moi qu’elle était, mon rôle

Je commence à détester ce mot « gentil »

D’ailleurs je ne lui trouve, rien de drôle

 

Et comment se fait-il que j’ai tant de peine ?

Comment se fait il que les larmes me montent aux yeux ?

Comment se fait il que mon cœur se traine ?

Et meurt de ne plus être amoureux !

Et pourquoi faut il encore qu’il saigne ?

Des autres suis-je si différent ?

J’ai jamais entendu un je t’aime !

Mais m’a t’on aimer, seulement ?

 

Et j’ai retourné les questions à l’infini

A m’en rendre fou, et puis plus rien n’est pareil

Mais qu’ai-je donc fais pour mériter ceci ?

La douleur brûle, comme un soleil

 

Où est cet ange, où est mon paradis ?

Qu’elle me sauve, qu’elle me frôle

Que son sourire illumine ma vie

Que doucement, je reprenne le contrôle

 

Et comment se  fait-il que j’ai tant de peine ?

Comment se fait il que les larmes me montent aux yeux ?

Comment se fait il que mon cœur se traine ?

Et meurt de ne plus être amoureux !

Et pourquoi faut il encore qu’il saigne ?

Des autres suis-je si différent ?

J’ai jamais entendu un je t’aime !

Mais m’a t’on aimer, seulement ?

 

Et j’ai pourtant l’envie au fond de moi

Mais qui… me sauvera ?

Puisqu’en amour il n’existe pas de loi

Juste le vivre, et on verra

 

Un seul sourire et qu’il m’illumine de mille éclat

Puis son regard, me transpercera

Et puis rêver il n’y a pas de mal à ça

Tant que les cauchemars ne se réalisent pas

 

Et comment se fait-il que j’ai tant de peine ?

Comment se fait il que les larmes me montent aux yeux ?

Comment se fait il que mon cœur se traine ?

Et meurt de ne plus être amoureux !

Et pourquoi faut il encore qu’il saigne ?

Des autres suis-je si différent ?

J’ai jamais entendu un je t’aime !

Mais m’a t’on aimer, seulement ?

 

J’attends l’été car j’ai toujours un peu froid

Pour me réchauffer, aurai-je tes bras ?

A cette histoire, il ne manque plus que toi

Puis espérer que le temps, ne s’éternise pas

 

J’attends mon heure car ma patience vaincra

Pour me réconforter, quand tu seras là

J’écrirai que l’amour existe même au-delà

De ce que j’ai pu imaginer, un jour tout se réalisera…

 

Mais comment se fait-il que j’ai tant de peine ?

Comment se fait il que les larmes me montent aux yeux ?

Comment se fait il que mon cœur se traine ?

Et meurt de ne plus être amoureux !

Et pourquoi faut il encore qu’il saigne ?

Des autres suis-je si différent ?

J’ai jamais entendu un je t’aime !

Mais m’a t’on aimer, seulement ?

21:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (3)

21/01/2011

Rêver de toi

J’ voulais écrire mon rêve

Pour voir s’il se réalise

Puis te le compter du bout des lèvres

Mais tes yeux m’hypnotisent

 

J’ voudrai tant que tout soit réel

Que le mirage prenne vie

Il n’y a pas que ton regard qui m'ensorcelle

Il y a ton sourire aussi

 

Des années que je cherche

Et toi tu apparais

J’en ai fini des recherches

Mais est-ce que de moi tu voudrais ?

 

Je ne fais pas que paraitre

Et je ne t’abandonnerai pas

La souffrance faire disparaitre

Tu peux avoir confiance en moi

 

Mes paroles ne s’envolent pas dans les airs

Rien avoir avec ceux que tu as vécu

Oublie le mal et l’enfer

Qu’avec eux t’as connu

 

Prend ma main n’ai pas peur

Le paradis se trouve ou on veut qu’il soit

Pour faire naitre le bonheur

Je n’ai besoin que de toi

 

J’ voulais aussi oublier

Les douleurs intérieures

Tes baisers pour y remédier

Et faire naitre la chaleur

 

J’ voudrai tant écrire l’avenir

Mais personne ne pourra

A mon oreille me prédire

Ce qui de nous il adviendra

 

Toi mon amie que j’aime

Que dois-je faire pour t’avoir ?

Que faut-il que je sème

Pour faire renaitre en toi l’espoir

 

Je veux bien parcourir le monde

Même aller du nord au sud

Je veux l’éternité dans une seconde

Rien que pour nous, bien entendu

 

Je viens d’écrire mon rêve

J’attends qu’il se réalise

Maintenant je te l’ai dis du bout des lèvres

 

Ce je t'aime il fallait que je te le dise 

 

Tout peut devenir réel

Le mirage peut prendre vie

Et si tout est irréel

Rien ne m’empêche de rêver de toi, c’est ainsi

21:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (5)

14/01/2011

Je le suis

Je reviens sur mes paroles

Mais pas sur mes pensées

Cette vie ci me désole

J’ai rien de bon à en tirer

 

Ça doit être mon destin

Comme si tout était écrit

Tracée dans les lignes de mes mains

Aujourd’hui tout est fini

 

Qu’on ne me parle plus d’amour

Ni des mots qui viennent du cœur

Je cracherai dessus sans détour

Le mien n’a plus que de la rancœur

 

Qu’on ne me dise pas que j’ suis gentil

Et que j’ai tout pour plaire

Moi je n’ai pas changé d’avis

C’est même plutôt le contraire

 

Bien sur que j’ai trop rêvé

J’en suis conscient maintenant

Mais cette fois ci c’est terminé

Dans un rêve y a rien de vrai la dedans

 

Je reviens sur mes pas

Sans trop savoir ou je vais

Le noir m’entoure c’est comme ça

Je ne connaitrai jamais la paix

 

Le triste m’a pris dans son camp

La peine comme unique ami

J’ai voulu m’en sortir pourtant

Mais prisonnier j’étais et je suis

 

Qu’on ne me parle plus du tout

De plaisir, de tentation

Car royalement je m’en fous

Plus aucune sensation

  

Qu’on ne me dise plus d’aimer

Et que ça m’arrivera un jour

Je me souviens d’avoir espérer

Espérer tellement ton retour

 

Bien sur que j’ai cru à tord

C’est de ma faute aussi

Si je me sens comme mort

C’est qu’à l’intérieur, je le suis

 

Je le suis…

21:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (5)

30/11/2010

Je n'ai plus le sourire au bord des lèvres

Je n’ai plus le sourire au bord des lèvres

Depuis que j’ai perdu mes rêves

Ma lumière, mon étoile, mon amour

Celui qu’on pensait vivre pour toujours

 

Putain c’est vraiment con d’aimer

Non plus jamais c’est décidé

Je préfère encore être seul sur cette route

Que de me faire encore ronger par les doutes

 

Il n’y a vraiment plus d’éclaircie

De joie à partager dans ma vie

Il n’y a plus que le vide et le désespoir

Plus aucun horizon, que du noir

 

J’ai fini par comprendre tant de chose

Les réponses aux questions qu’on se pose

Etre seule est mon destin

A ça personne, n’y changera rien

 

Je n’ai plus le sourire au bord des lèvres

Parfois j’ai l’impression que je crève

Comme une flamme qui s’éteint doucement

Les braises se meurent lentement

 

J’avais pourtant cru m’en sortir

Les forces m’abandonnent, sans rien dire

Il manque de souffle et de voix

La fin, pas loin, se voit

 

J’ai beau ouvrir les yeux

Il n’y a rien de merveilleux

Mon cœur ne voit aucune embellie

Aucune déesse pour bénir ma vie

 

Je le crois de plus en plus

Je me suis fait une raison la dessus

J’ai trop espérer le bonheur

Et aujourd’hui tout se meurt

 

21:30 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (29)

23/11/2010

Sur le quai de la gare

Ce peut il encore que l’amour me réponde

Moi qui me sens si seul dans ce monde

Je n’en peux plus de devoir espérer

D’attendre ta venue pour t’embrasser

 

J’ai tourné en rond, regardé passer les heures

A chaque seconde j’ai un peu plus peur

De finir comme un pauvre fou allié

Dans peu de temps il faudra m’enfermer

 

Dis moi tu es où ?

Moi j’attends sur le quai de la gare

J’ rêve que tu me sautes au cou

Pourvu qu’il n’y ai pas de retard

Cinq minutes c’est beaucoup

À dix j’en fais toute une histoire

Car ce regard entre nous

Je meurs d’envie de le voir

 

Que faut il donc pour accélérer ta venue

Un signe de toi serait la bienvenue

Mais le silence c’est tout ce que je peux entendre

Rien qu’avec ça mon cœur continue de se fendre

 

Dans tes bras oh je serai bien

Mon sourire miroir, reflet du tien

Pourquoi ici tout me semble si long

Je crois voir défiler les saisons

 

Dis moi tu es où ?

Moi j’attends sur le quai de la gare

J’ rêve que tu me sautes au cou

Pourvu qu’il n’y ai pas de retard

Cinq minutes c’est beaucoup

À dix j’en fais toute une histoire

Car ce regard entre nous

Je meurs d’envie de le voir

 

A ce qu’on dit l’amour à ses raisons

Et moi ai-je tord de t’aimer à ma façon

C’est que pour toi il n’y a rien d’impossible

Demande et tu verras que c’est possible

 

Moi je n’ai qu’un vœu que tu connais déjà

S’il faut attendre moi je serai là

Qui sait si un jour mon miracle se produit

C’est que pour toi il n’y a pas d’infini

 

Dis moi tu es où ?

Moi j’attends sur le quai de la gare

J’ rêve que tu me sautes au cou

Pourvu qu’il n’y ai pas de retard

Cinq minutes c’est beaucoup

À dix j’en fais toute une histoire

Car ce regard entre nous

Je meurs d’envie de le voir

20:45 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (8)

07/11/2010

Au fond du gouffre

Dis-moi quand est-ce que je vais croiser
Ce si doux regard que j’attends
Depuis maintenant des années
Depuis maintenant trop de temps

Moi qui n’ai jamais eu de patience
Là les forces commencent à m’abandonner
J’ai perdu le nord et les distances
Ainsi que l’amour et l’envie d’aimer

Au fond du gouffre, mes rêves sont partis
Mes illusions s’en vont aussi
Au fond du gouffre, le néant m’engloutis
Tout en moi se meurt, petit à petit

Dis-moi quand est-ce que je vais rencontrer
Ce regard si charmant
Je veux être subjugué
Dedans m’y noyer lentement

Moi qui ai prié pour le bonheur
Mais surtout pour t’avoir
Dans tes bras impossible de connaitre la peur
Mais est-ce possible encore d’y croire

Au fond du gouffre, mes rêves sont partis
Mes illusions s’en vont aussi
Au fond du gouffre, le néant m’engloutis
Tout en moi se meurt, petit à petit

Dis-moi est-ce que je vais remonter
Un jour à la surface
Apercevoir le soleil briller
Que tout se mette en place

Moi qui m’accroche à a ce que je peux
Quand vas-tu arriver ?
Encore ce soir je fais un vœu
Mais qui pour l’exaucer

22:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (16)

01/11/2010

Décembre

Cette histoire c’est passée en décembre

Comment l’oublier…

Elle est tellement étrange

Que j’ai du mal à croire que ça c’est passé

 

Je t’aime mon ange

Tu me l’a dis, je n’ l’ai pas rêvé

Je veux te voir, faut qu’on s’arrange

De toi, je ne peux plus me passer

 

En ce beau jour de décembre

Le ciel, je l’ai touché

Sans pour cela retrousser mes manches

J’avais qu’une envie, être à tes côtés

 

Comme un oiseau sur sa branche

Je me suis mis à chanter

Si fort que j’ai provoqué une avalanche

Mon cœur à déboulé

 

J’étais sur, sur

Tellement sur de moi

J’étais sur, sur

Que tu étais faite pour moi

 

Cette histoire de décembre

N’a pas duré

Le lendemain dans ma chambre

Tu m’as appelé

 

Des mots, pour me faire comprendre

Que tout est terminé

Octobre, novembre ?

Qu’importe l’amour vient de s’en aller

 

Et ce jour de décembre

Ou mon paradis c’est écroulé

Le monde sans m’attendre

A continuer de tourner

 

Le mal, me prend dans sa tourmente

Vient me happer

La chanson se voulait aimante

Mon cœur lui est devenu muet

 

J’étais sur, sur

Tellement sur de moi

J’étais sur, sur

Que tu étais faite pour moi

 

Cette histoire c’est passée en décembre

Impossible d’oublier

Mais il n’y a rien d’étrange

A vous aussi c’est peut être arrivé ?

 

Rien d’autre à l’évidence

Rien n’à rajouter

Le cœur est silence

Pourquoi parler ?

20:30 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (12)

24/10/2010

Suis je seul à penser comme ça?

Un sourire, le bonheur

Voila ce que je vois dans leurs yeux

Solitude, dans mon cœur

Moi je ne suis vraiment pas comme eux

 

De l’amour, la folie

D’aimer l’autre, et ça leurs réussis

Une blessure, infinie

Une douleur qui chez moi jamais ne guérit

 

Est-ce qu’on ne m’a réservé que ça ?

Est-ce qu’il n’y a rien d’autre pour moi ?

Comment s’en sortir, j’ sais pas ?

Suis-je seul à penser comme ça ?

 

L’avenir, droit devant

Pas le moindre nuage à l’horizon

Ici le vide, bien présent

Et l’enfer, qui brule sans interruption

 

De la vie, des projets

Des enfants à voir grandir, tout autour

Moi la mort, le rejet

Des rêves que j’avais faits un jour

 

Est-ce qu’on ne m’a réservé que ça ?

Est-ce qu’il n’y a rien d’autre pour moi ?

Comment s’en sortir, j’ sais pas ?

Suis-je seul à penser comme ça ?

 

Un sourire qui rend fier

Se dire que l’on est amoureux

Solitude, douce amer

Le gout qui me dit, j’ peux pas aller mieux

 

De l’amour encore plus

A pouvoir toucher des doigts le ciel

La blessure s’accentue

Le mal lui me tient toujours en éveil

 

Est-ce qu’on ne m’a réservé que ça ?

Est-ce qu’il n’y a rien d’autre pour moi ?

Comment s’en sortir, j’ sais pas ?

Suis-je seul à penser comme ça ?

 

L’avenir, et tous le temps

Mon envie… serre moi fort à présent

Que du vide, que du noir

Que du triste, je sombre dans le désespoir

 

De la vie, à ta vue

Je dis que de toi, moi je suis fou

Moi la mort tombe des nues

Me danse et m’emporte là et n’importe où

 

Est-ce qu’on ne m’a réservé que ça ?

Est-ce qu’il n’y a rien d’autre pour moi ?

Comment s’en sortir, j’ sais pas ?

Suis-je seul à penser comme ça ?

20:01 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (10)

17/10/2010

Dessiner

 

Dessiner ton visage

Je ne serrai pas le faire

Mais te décrire sur plusieurs pages

Ça j’en fais mon affaire

 

Dire combien tu es belle

A m’en faire frémir

De bonheur, oui tu es celle

Avec qui je rêve de m’unir

 

Un seul de tes regards

M’emmènerai en voyage

Ta lueur dans le soir

Éclaire mon passage

 

L’amour qui sommeillait

Vient de se réveiller

Si jamais tu partais

Alors on peut bien m’enterrer

 

Dessiner un beau cœur

Pour qu’il puisse ressembler

Au tient et la chaleur

Qu’il  peut dégager

 

Ce feu qu’il ne s’éteigne

Chaque jour le raviver

Par mes nombreux je t’aime

Même te les susurrer

 

La beauté des baisers

Qui peut rendre la vie

Un pour me sauver

Et d’autres à l’infini

 

Doucement contre moi

Je sens ton corps vibrer

Mes larmes sont de joie

C’est si bon d’être enlacé

 

Dessiner une histoire

De mille et une couleurs

Oublier le sombre et le noir

Je préfère l’écrire, j’ suis pas dessinateur

 

Pour voir un seul de tes sourires

Je peux traverser toutes les frontières

Ce monde le parcourir

Oui faire le tour de la terre

 

Alors au petit matin

Le soleil et ses rayons

Peuvent se cacher ça ne fait rien

Puisque tu es avec moi pour de bon

 

Je t’embrasserai tendrement

On ne voudra pas se lever

Ce rêve est si prenant

Que je crois même te toucher

21:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (12)

10/10/2010

Dès ce soir

 

Dans l’ombre et dans l’oubli

Je ne tiens plus debout

A chaque pas je vacille

Ce mal qui me rend fou

 

Dans tes yeux je n’ suis rien

Juste une personne de plus

Et toujours ce refrain

A la peau me colle, un peu plus

 

Impossible cet amour

Et oui je l’espérai

Je repars pour un tour

Solitaire plus que jamais

 

Toi l’ange de mes nuits

Tu t’en vas loin de moi

Adieu reine de ma vie

Je sens déjà le froid

 

J’ vais sombrer…

Dans le noir…

J’ vais tomber…

De désespoir…

J’ vais regarder…

L’illusoire…

M’en aller…

Dès ce soir

 

La mort frappe à ma porte

Elle me dit qu’elle m’escorte

Pour un chemin meilleur

Où il n’y a plus de peur

 

Où il n’y a plus de temps

Où rien n’est important

Ni lune, ni soleil

Ni douleur qui se réveille

 

Un monde fait rien que pour moi

Où j’ me sentirai roi

Pas de reine dans cette vie

J’ai assez souffert, plus envie

 

Je t’oublierai là bas

J’en sais rien, je sais pas

Direction l’inconnu

Tant pis si je suis déçu

 

Ça devrait être interdit

D’aimer plus que sa vie

On devrait y penser

Mais voilà je m’en vais

 

Dans le noir

J’ peux sombrer

M’en aller

Dès ce soir…

21:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (12)

02/10/2010

Peut être, peut être...

 

Peut être, peut être que j’ai du chagrin

Peut être qu’au fond moi je n’ suis rien

Peut être que je ne sais plus ou j’en suis

Peut être que je n’ sais rien de ce que je vis

 

Où est le bonheur dont on m’a tant parlé ?

Et l’amour où a-t-il bien pu aller ?

Il s’enfuit, il s’éloigne a-t-il peur de moi ?

Où est cette reine que je n’ai pas ?

 

Peut être, peut être que j’ai tout perdu

Peut être qu’en fait mon cœur est bien foutu

Peut être qu’il a mal à un tel point

Peut être qu’il meurt et qu’il s’éteint

 

Où est le bonheur… envolé dans le ciel

L’amour ça peut vous briser les ailes

Il se barre et retourne au paradis

Où est cet ange qu’on m’avait promis

 

Peut être, peut être que c’est la fin

Peut être un dernier adieu de la main

Peut être qu’en fait faut juste partir

Peut être que je ne sais que me mentir

 

Où est ce regard, où sont ces yeux

L’amour peut il un jour me rendre heureux

Il ne tue pas mais ne rend pas plus fort

Où est le bonheur, sur qu’il m’ignore

 

Peut être, peut être que j’ai du chagrin

Peut être qu’au fond moi je n’ suis rien

Peut être que je ne sais plus ou j’en suis

Peut être que je n’ suis plus d’ici

 

Où est le bonheur, où est il caché ?

Et l’amour sans doute à du l’accompagner

Il m’arrive d’espérer de les voir revenir

Où est cette vie, qui pourra me le dire…

21:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (8)

26/09/2010

Dans mes rêves

 

Dans mes rêves bien trop immenses

Je ne vois toujours que ses yeux

Au réveil dans mon silence

Je me dis dommage qu’on ne soit pas tout les deux

 

Je lui ai dis ce que je ressentais

Mais elle ne croit plus à l’amour

Elle garde mon amitié à tout jamais

Moi je n’a pas d’autre issue de secours

 

Elle est seule depuis longtemps

Ne veut pas que ça change pour autant

Elle sait ce qu’elle veut pour sa vie

Mais aimer elle n’y arrive plus

Elle n’en a plus envie

 

Dans mes rêves à outrance

C’est son regard qui me suit

Sans elle c’est pire qu’une simple absence

C’est comme si tout était fini

 

Et puisque rien ne changera

Je m’accroche un peu à l’espoir

De toute façon il ne me reste que ça

Et son sourire dans ma mémoire

 

Elle est seule depuis longtemps

Ne veut pas que ça change pour autant

Elle sait ce qu’elle veut pour sa vie

Mais aimer elle n’y arrive plus

Elle n’en a plus envie

 

Dans mes rêves la délivrance

Un baiser, elle me dit oui

Mon cœur peut rompre à cette cadence

C’est donc ça l’amour à la folie

 

Mais un rêve c’est de l’imaginaire

Je vais devoir m’en contenter

Puis peut être qu’un jour enfin j’espère

D’avis elle aura changé

 

Et si c’est long je prends sur moi

Je le fais depuis des années

De toute façon je n’ai pas le choix

Puisqu’il n’y a qu’elle que j’ veux aimer

 

Et si c’est mort que rien ne se fait

Qu’elle et moi ne rime qu’avec jamais

Il reste notre amitié, c’est parfait

Et puis d’elle encore je rêverai

 

Je rêverai

Je rêverai….

D’elle

Je rêverai

Je rêverai…

20:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (11)

19/09/2010

Je t'en prie sauve mon coeur

Si seulement je savais
Comment te faire rêver
Il y a longtemps déjà que j’aurai
Mis fin à tes tristes pensées

Etre là, a côté de toi
Te faire rire sans arrêt
Tes yeux, briller de mille éclat
Si seulement ça pouvait être vrai

Que dire, faire ?
Pour que tout ceci devienne réel
Que dire, faire ?
J’ veux plus… de l’irréel

Je t’en prie, arrive et sauve mon cœur
Il continue de lutter même dans la peur
Je t’en prie, arrive et sauve mon cœur
Sur qu’il peut encore aimer, si, t’es sa lueur

Si seulement je savais, t’aimer
Tu ne serais plus malheureuse
Je crois pas que j’ peux y arriver
Pourtant tu es si radieuse

La femme faite grâce
Tu es ce qu’on appelle le bonheur
Eliminer tout ce qui t’agace
En finir avec tes peines intérieures

Que dire, faire ?
Pour que tout ceci devienne réel
Que dire, faire ?
J’ veux plus… de l’irréel

Je t’en prie, arrive et sauve mon cœur
Il continue de lutter même dans la peur
Je t’en prie, arrive et sauve mon cœur
Sur qu’il peut encore aimer, si, t’es sa lueur

Si seulement je savais mais je sais pas
Tout serrait parfait entre toi et moi
Mais toi mon rêve qui ne se réalise pas
Tant pis si je rêve, tant pis pour moi

Je t’en prie sauve mon cœur
Je continuerai de lutter, même dans la peur
Je t’en prie sauve mon cœur
Il veut toujours t’aimer, t’es sa lueur...

20:30 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (11)

04/09/2010

Pardon

Pardon, oh oui pardon

 

Pardon, pour tout le mal que je t’ai fait

Et qui te ronge, encore maintenant

Mon pardon, peut il encore faire effet

As-tu la force, de me le donner après tout ce temps

 

Ensemble, on a vécu le bonheur

Et l’insouciance, puis je t’ai fait toucher le fond

Rassemble, les souvenir de ton cœur

Mais est-ce assez ? A te voir je crois que non !

 

Pardon, oh oui pardon

 

Pardon, pour toutes tes nuits sans sommeil

Où tu restais, éveillé tard le soir

Je n’ai pas le don, pour te faire voir un soleil

Là où toi, tu ne vois plus que du noir

 

Un jour, qui sait peut être tu le pourras

Et mes regrets, sont sincères tu vois

Un retour, en arrière ça n’existe pas

Mais si je pouvais, je le ferai que pour toi

 

Pardon, oh oui pardon

 

Pardon, six lettres que l’on prononce

Toujours trop tard et pourtant

Nous savons, que la suite s’annonce

Comme une triste histoire, ça n’augure rien de bon

 

Regarde, je te le dis dans les yeux

Mais ton silence, en dis bien long

Je regarde, tes larmes couler, c’est l’aveu

Qu’il n’y aura jamais, de pardon

 

Pardon, oh oui pardon…

Pardon, oh oui pardon…

Pardon, oh oui pardon…

Pardon, oh oui pardon…

20:50 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (10)

29/08/2010

Tu es si loin de moi

Je n’ai plus ton sourire dans mes yeux

Ni le souvenir d’être mieux

Quand j’étais dans tes bras

C’était le bonheur parfait mais voilà

 

La vie nous joue parfois de drôle de tour

On ne s’y attendait pas mon amour

On se laisse et je deviens fou

Et cette impression que tu es un peu partout

 

T’as du partir sans demander ton reste

Mais où es tu ? A l’est, à l’ouest ?

Puis t’as pas eu d’autres choix

C’est juste que maintenant tu es si loin de moi

 

Ton regard reste gravé dans mon cœur

Mais la peine attise ma douleur

On n’aurait jamais du être séparé

Et pourtant c’est la réalité

 

Ta vie t’a emmenée sur cette route

Et tes bagages seul comme moi en soute

Et cet avion qui décolle dans le ciel

Depuis sans toi, plus rien n’est pareil

 

T’as du partir sans demander ton reste

Mais où es tu? à l’est, à l’ouest ?

Puis t’as pas eu d’autres choix

C’est juste que maintenant tu es si loin de moi

 

Aimer sans toi, c’est un cauchemar sans fin

Alors je prie pour que tu me reviennes enfin

Même si tu es à l’autre bout de la terre

Ce silence, je veux le faire taire

 

J’ veux oublier ma solitude, ma belle

Etre avec toi, car tu es celle

Qui fait renaitre les battements oubliés

Regarde-moi et reviens contre toi me serrer

22:01 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (10)

23/08/2010

SEBASTIEN

 

A cette date où j’ai cru que c’était la fin

Où je me suis dit il n’y a plus de sébastien

Oui ce jour, où je suis devenu fou

A vouloir t’aimer m’a presque poussé à bout

 

Que pouvais-je faire de toute cette haine

Et comment faire partir tout ma peine

Tu m’as dis j’ai rien à te reprocher

Mais au final c’est moi qui suis blessé

 

Aujourd’hui mon cœur ne parle plus

Aucune raison d’y croire, il est foutu

Putain qu’es-ce que j’aimerai être comme avant

De t’avoir connu, j’ suis mort intérieurement

 

Qui me sauvera

Est-ce encore possible

Je ne crois pas

C’est impossible

 

Et le temps défile dans mes yeux

Mais plus d’ange, ni paradis, ni cieux

Que du triste et tout ce qui va avec

Les larmes qui coulent d’un pauvre mec

 

Mes amis m’ont tendu la main

M’ont dis accroche toi sébastien

Tu es important pour nous

Sans toi nous on serrait ou ?

 

J’ai senti le sang bouillir dans mes veines

Puis reprendre peu à peu le contrôle de moi-même

On peut être sauvé par l’amitié

Il n’y a plus que çà qui compte en vérité

 

La douleur à enfin disparue

Mais les cicatrices sont apparues

Elles font partie de moi à chaque instant

Seuls les souvenirs rangés dans ma tête sont bien présent

 

Qui me sauvera ?

Est-ce encore possible

J’y crois…des fois

Car rien n’est impossible

Qui me sauvera ?

Est-ce encore possible

J’y crois…des fois

Car rien n’est impossible

21:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (12)

06/08/2010

J'attends le bonheur

 

Salut les amies et amis, voilà je pars en vacances donc je ne serai pas ici pour un pti temps.

Donc ne vous inquiéter pas si je ne passe pas vous faire un petit coucou.

On se revoit fin du mois, faites attention à vous et faites attention aux autres...

bizzz

 

C’est la fin d’un beau rêve

Je m’ réveille lentement

Il n’y a plus rien qui reste

De nous à présent

 

Il y a eu tellement de mensonge

Que je ne sais plus ce qui à été vrai

Pas besoin que tu me répondes

Je ne crois plus, à ce que tu me raconterais

 

Voilà le silence qui revient

Et me yeux qui se ferment

Le mal me reprend la main

Pour une danse que je connais

 

La douleur me submerge

En moi provoque un naufrage

Seul sur mon ile déserte

Qu’un ras de marée vienne en faire d’avantage

 

« M » à son radeau de l’amour

Moi je prends le bateau ivre

Qu’il coule au fond pour toujours

Il n’y a plus rien à vivre

 

Les larmes montent comme des vagues

Je me noie de chagrin

Tes mots sombres et me narguent

Ainsi soit-il,  je n’y peux rien

 

Mon dieu que ce sourire est triste

Plus que l’ombre de moi-même

T’es un récidiviste

De l’amour tu ne connais que la peine

 

Mais a quoi puis je servir ?

Oui telle est ma question

A rien c’est ce que je suis en train de me dire

Le débat est clos pour de bon

 

Avec  mes mots inutiles

Qui n’apaise en rien la souffrance

On me répète toujours soit tranquille

Tout vient à point, a qui sait attendre

 

Mais tout me semble si long

Oui tout ce temps sans toi

Où te caches tu donc ?

Toi que je ne connais pas

 

Parfois je me demande ou est l’espoir ?

Et où sont tous les sentiments

Que j’ai ressenti autrefois

Je me souviens j’aimai… amoureusement

 

Ce cœur est bien vide

Peut être suis-je devenu difficile

Mais mon choix réside

A ne plus me tromper de cible

 

Je me fais violence

En espérant des jours meilleurs

Je connais la patience

Et j’attends le bonheur

20:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (12)

30/07/2010

Au loin le soleil se lève

 

J’ai perdu l’espoir

Je n’ai plus de raison d’y croire

Puisque rien ne changera

 

Comme il n’y a pas d’autre choix

L’amour dessus je fais une croix

Tu ne seras, jamais dans mes bras

 

J’aurai tant aimé

Être celui sur qui tu pouvais compter

Sache juste, que je serai toujours là

 

Que tout aille bien ou mal

Peu importe ton moral

Mon sourire, t’accueillera

 

Au loin le soleil se lève

Mais mon cœur c’est pour toi qu’il veut bruler

Au loin le soleil se lève

Mes lèvres n’auront jamais le goût de tes baisers

Au loin le soleil se lève

Du bonheur pourtant je voulais t’en donner

Au loin le soleil se lève

L’amour on aurait pu tout les deux l’inventer

 

C’est dans ton regard

Que mon avenir voulait se voir

Mes yeux non, ne te quitte pas

 

Au bout de l’horizon

Y a-t-il réponse à mes questions ?

Ou est ce que les énigmes se multiplient par trois

 

Je reste positif

Et je reste réceptif

Au cas où tu viendrais vers moi

 

Tu peux venir doucement

Tu peux même prendre ton temps

Mon ange, mon paradis c’est toi

 

Au loin le soleil se lève

Mais mon cœur c’est pour toi qu’il veut bruler

Au loin le soleil se lève

Mes lèvres n’auront jamais le goût de tes baisers

Au loin le soleil se lève

Du bonheur pourtant je voulais t’en donner

Au loin le soleil se lève

L’amour on aurait pu tout les deux l’inventer

 

J’ai repris espoir

Il y a toujours des raisons d’y croire

Tout peut changer c’est comme ça

 

Il n’y a pas d’autre choix

L’amour sans toi n’existe pas

Rêver que tu sois dans mes bras

 

On pourra s’aimer

Et l’un sur l’autre compter

Je serai pour toi toujours là

 

Avec le bien sans le mal

Au zénith notre moral

Nos sourires, nous uniras

 

Au loin le soleil se lève

Mon cœur pour toi il ne fera que bruler

Au loin le soleil se lève

Mais rien ne remplace le gout de tes baisers

Au loin le soleil se lève

Le bonheur en donner pendant des années

Au loin le soleil se lève

L’amour et l’amitié notre éternité

19:01 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (15)

25/07/2010

DANS LES YEUX DE CELINE

Dans les yeux de céline, on aperçoit le doute

Que puis-je faire, que puis-je dire, pour ensoleillé sa route

Moins de gris, plus de bleu, beaucoup moins de nuage

Moins de cris, que des sourires à voir sur ton visage

 

Le bonheur éphémère, mais l’amitié éternelle 

Puis le temps joue le jeu d’effacer les séquelles

Et les larmes, les sanglots doucement s’arrêteront

Je l’espère en tout cas, pour toi que ce ne soit pas trop long

 

Dans les yeux de céline, on peut voir des étoiles 

Qui brillent qui éclairent nos regards un peu trop pâles

Le chagrin emprisonne, il faut se libérer

Un ami jamais loin, rien de mieux pour se soigner

 

Refaire naître la flamme au plus profond de toi

Devant c’est l’avenir, derrière on sait trop bien ce qu’il y a

Des choses qu’on garde pour nous, dont jamais on n’oublie

Les souvenirs c’est comme ça, ils font partie de notre vie

 

Dans les yeux de céline, on peut y voir la mer

Le ciel bleu, l’ sable fin, le calme qui nous libère

L’émotion qui habite ton si grand et joli cœur

En nous provoque la joie et apaise nos douleurs

 

Rêve en grand de bonheur, d’horizon infini

De voyage, d’être ailleurs où il n’y a que tes amis

Et regarder en haut se magnifique soleil

Éblouir, comme l’est, ton sourire de… demoiselle

 

Dans les yeux de céline, il y a tellement d’amour

Qu’un regard dans la nuit, peut suffire à faire naitre le jour

Et de beaux sentiments, reviendront t’émouvoir

Mais pour çà il faudra en toi garder l’espoir

 

Le chemin continue, tu trouveras ta voie

Non tu n’es pas perdue puisque moi je suis là

Si jamais t’as besoin ton ami est présent

Près de toi et te tends la main, si l’envie t’en ressent…

20:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (13)

19/07/2010

C'en est fini de moi

 

 

C’en est fini de mes rêves

C’en est fini de moi

Une goutte d’eau dans la mer

Ça ne se remarque pas

Mais une larme qui brille

Mais qui n’est pas de joie

Je l’ai vue qui vacille

Elle est tombée pour toi

 

Ou à cause devrai-je dire

Je dois choisir mes mots

Tu l’es a trouvé pour me détruire

Oui t’as fait ce qu’il faut

Et je n’ai rien compris

Tu as dis c’est de ma faute

Un désolé et t’es partie

C’est notre amour qui saute

 

Mais qu’as-tu fais de moi ?

Je ne me reconnais plus

Qu’une ombre qui s’en va

D’un coup, je suis perdu

Aimer peut rendre fragile

J’ai un cœur si tu ne sais pas

Il est brisé en mille

Tu crois qu’il se recollera !

 

Où sont passé mes sourires

Y a plus que des sanglots dans ma voix

Est-ce que ça existe l’avenir

Où tout ça finira ?

Il y a de la colère

Et tellement de pourquoi

Fini l’été, c’est l’hiver

Je meurs déjà de froid

 

C’en est fini de tout

Comment me reconstruire

Parce que quand on est fou

Y a pas de remède à prescrire

Et les vagues qui coulent

Et les vagues qui me noient

Et les cris dans la houle

Me submerge une nouvelle fois

 

Je t’avais fait confiance

Car je croyais en un nous

T’étais ma délivrance

Et me voilà à genou

A mordre la poussière

A danser avec la mort

Ecrire que je désespère

A me dire que j’ai eu tord

 

Les secondes qui s’égrainent

Qui torturent mon esprit

Mon âme qui se gangrène

Et mes cris dans la nuit

Douleur qui se disperse

Lentement je m’efface

Et de pluie en averse

Tout me noie, me laisse des traces

 

L’amour six pieds sous terre

Que t’as creusé comme ça

Dans mes yeux la poussière

Et ton souvenir là

Qui m’empêche de dormir

Un cauchemar chaque soir

Qui me hante a maudire

Tes baisers d’autres fois

 

C’en est fini de mes rêves

C’en est fini de moi

Une goutte d’eau dans la mer

Personne ne l’aperçoit

Mais une larme en plein désert

C’est ma solitude tu vois

Que je verse dans mon enfer

Qui ne me quitte pas

20:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (17)

13/07/2010

Leurs sourires

Leurs sourires sont un remède

Contre la tristesse qui veut que j’ cède

Mais l’amitié renforce tout

L’amour décuple ce qu’on a en nous

 

Et malgré les silences qui pèsent

Le cœur lui peu à peu s’apaise

Leurs regards se transforment en feu

Illumine ce monde, rien qu’entre eux

 

Leurs sourires sont des je t’aime

Il vainc le mal dans nos veines

Ils sont source d’inspiration

De texte, de poème, d’admiration

 

On ne peut jamais être maudit

Quand on a des amis qui nous souris

Et je sais que je suis chanceux

Regardez, vous voyez j’en ai deux

 

Leurs sourires sont une bouffée d’oxygène

Dans leurs yeux on nage on s’y baigne

Il y a bien mieux que de l’or

Je ne me lasse pas de les regarder encore

 

Leurs sourires sont la lumière

Dans le noir ils sont point de repère

Et aussi loin qu’ils puissent être

Eux c’est comme une étoile qui brille, qui vient de naître

 

Promis je n’en fais pas des tonnes

Mais parfois y a des choses qui m’étonnent

Ils m’ont accepté comme je suis

Ça n’a pas été toujours le cas dans ma vie

 

Leurs sourires m’ont fait tellement de bien

Que j’ai vu disparaitre le chagrin

Et je n’oublierai rien de si tôt

Nos moments ensembles sont collés, à ma peau

 

On refait ça quand vous voulez

Rire, boire, fumer, danser, chanter

Des marguerites ou des printemps

Dans la liste de damien, il y en a tellement

 

On refait ça quand vous voulez

Rire, boire, fumer, danser, chanter

Des marguerites ou des printemps

Dans la liste de damien, il y en a tellement...

22:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (12)

05/07/2010

A TOUT JAMAIS

Où est ce qu’on peut retrouver l’espoir ?

Y a-t-il un endroit dans ce monde

Plus le temps passe et plus j’ai du mal à y croire

S’il existe et bien qu’on le montre

 

Aveugle, mes yeux ne le sont pas

Mais le bonheur à quoi ça ressemble

Je suis fini et de plus en plus las

Et marre d’entendre des il me semble

 

La gentillesse n’est pas un atout

Ça je l’ai appris à mes dépends

On te prendre plutôt pour un fou

Que pour un beau prince charmant

 

Toi tu es juste perdu sur ta route

Mais quand tu vois la joie sur leur visage

Toi tu sais que tu ne fais qu’un avec le doute

Il est ton ami de passage

 

Mais mon sourire s’effondre

Et mes rires retombent

A tout jamais

A tout jamais

Mais ton sourire

Peut me sauver du sombre

 

Où est ce que l’ont peut retrouver l’amour ?

Moi j’espère dans tes yeux qui éclaireraient les miens

Un soleil qui brûlerait pour toujours

Car j’ai si froid sent un peu mes mains

 

Combien de temps puis-je encore espérer ?

Dites moi, avez-vous la réponse ?

Est-ce que l’un vous détient la vérité

Si oui, please qu’il me réponde

 

En attendant je patienterai ici

En attendant j’écrirai pour que tu viennes à moi

Et tant pis si je tombe dans la folie

Aimer c’est un peu aussi ça

 

Alors un jour j’aurai peut être moins mal

Qui sait des fois, on peut changer d’avis

Ton regard pour faire fondre le métal

Qui emprisonne mon cœur meurtri

 

Mais mon sourire s’effondre

Et mes rires retombent

A tout jamais

A tout jamais

Mais ton sourire

Peut me sauver du sombre

 

Mais mon sourire s’effondre

Et mes rires retombent

A tout jamais

A tout jamais

Mais ton sourire

Peut me sauver...

Car je sens que je  sombre

20:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (6)

30/06/2010

Trouvons l'éden

De vivre, elle a perdu le gout

Elle ne sourit plus maintenant

Se sent trahie avant tout

Ces rêves ne sont plus là à présent

 

Abandonnée à son destin

Elle préfère rester seule

Les larmes c’est sur qu’elle les retient

Au coin de l’œil, elles les esseulent

 

Trouver la lumière dans la nuit

Revoir surgir un peu d’espoir

Un peu d’amour, un peu de folie

Pour enfin sortir de ce cauchemar

 

Et tout lui pèse, elle ne tient plus le coup

Le moral n’est plus au zénith

Son cœur est aussi presque à bout

Est en rupture, presque en faillite

 

Les forces ne sont pas si faciles à trouver

Quand dans les yeux on ne voit que du noir

Qu’au fond de nous tout est épuisé

Qu’il ne reste plus que du désespoir

 

Et ta vie devient un beau bordel

Quand l’amour vient te foutre le blues

Plus rien ne sera plus pareil

Ta pente est raide, elle n’est pas douce

 

Si c’est fini et si c’est l’heure

Pour toi de tourner cette page

Que tu ne peux plus croire au bonheur

Qu’il n’y a que du triste sur ton visage

 

Si tu ne sais plus ce que c’est que d’aimer

Que ton cœur à bien trop de fêlure

Que tu ne penses même plus rêver

Que tout ton être n’est que blessure

 

A tout les mensonges qu’on t’a dit

Et a tout le mal qu’on t’a fait

Qui c’est scotché à ton esprit

Et qui jamais ne disparait

 

Faut espérer, encore y croire

Les hommes ne sont pas tous des cons

Un jour t’aura une belle histoire

Et dans ses yeux, les tiens se perdrons

 

Oui faut du temps pour oublier

Rien n’est facile mais finalement

Si jamais tu changerais d’idée

Prend ma main et tout simplement

 

Trouvons l’éden

 

Pour nous guérir

Panser nos plaies

Juste ton sourire

Pas plus tu sais

 

Trouvons l’éden…

 

Pour nous guérir

Panser nos plaies

Juste ton sourire

Pas plus tu sais

 

Trouvons l’éden...

20:45 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (13)

24/06/2010

An angel

Il n’y a plus d’aurore

L’aube s’éteint aujourd’hui

Moi je sombre sans effort

Depuis que tout est fini

 

Mais la douleur s’éveille

Et je ne comprends pas

Ton je t’aime de la veille

Tu le fais disparaitre comme ça

 

Tu dis faut oublier

Est- ce si facile pour toi ?

Moi je ne peux pas tout effacer

D’un seul claquement de doigt

 

On ne contrôle pas l’amour

Et le désamour non plus

Mais là tu me prends de cour

D’un coup me voilà abattu

 

Au final me dire que notre histoire

Devient un cauchemar horrible

Me voilà assis dans le noir

A penser des choses terribles

 

On oublie sa famille

Et le monde autour de soi

J’en oubliai même mes amis

C’est dire si le mal était encré en moi

 

De l’eau à coulé sous les ponts

Je me suis lentement reconstruit

Mais il me manque au plus profond

Quelque chose pour éclairer ma vie

 

Il me faut un soleil

Pour réchauffer mon cœur

Et puis le bleu du ciel

Pour rêver d’un bonheur

 

Car même si le temps passe

Les jours ne sont pas plus longs

24 heures chaque fois qui s’efface

Et moi toujours seul dans mon salon

 

Dehors je cherche ce regard

Qui me fera envie à nouveau

M’éblouir puis apercevoir

Un ange au sourire si beau

 

Est-ce encore réalisable ?

Où bien est-ce un rêve utopique ?

Le toucher, peu probable

Mais si cela arrive, c’est fantastique

 

Retrouver la force d’y croire

Puis trouver ce fameux sourire

Garder un minimum d’espoir

Se dire aussi qu’il y a bien pire

 

Ne crois pas que tu es le seul

Même si c’est dur de patienter

Non ne crois pas que tu es seul

Un jour on finit tous par trouver

 

An angel

Like an angel

Oh an angel

Like an angel…

20:15 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (14)