15/06/2010

Au point zéro

J’avais pourtant cru que c’était mon tour

Des siècles, des années des mois, des jours

Que je décompte en silence

Le temps qui passe loin de ta présence

 

J’avais pourtant cru voir au fond de tes yeux

Des étoiles brillées oui comme un feu

Faut croire que ce n’était qu’un mirage

Faut toujours que je sois à côté de la page

 

J’ai pris ma tête entre mes mains

Je me suis dit « tu rêves de trop »

Pour toi y a pas d’autre chemin

Que celui qui mène, au point zéro

 

J’avais pourtant cru voir de l’espoir

Une lueur qui éclairait mon regard

Espérant que se soit la réalité

Mais rien ne sais jamais réalisé

 

J’avais pourtant cru prévenir mon cœur

Lui dire désolé pour mes erreurs

A tout ces airs tristes que je lui fredonne

J’espère qu’un jour, oui il me pardonne

 

J’ai pris ma tête entre mes mains

Je me suis dit « tu rêves de trop »

Pour toi y a pas d’autre chemin

Que celui qui mène, au point zéro

 

J’avais pourtant cru oh que l’amour

Viendrait me libérer sans faire de détour

Elle m’aurait sortie à tout jamais

De l’enfer où je me trouvais

 

J’avais pourtant cru pouvoir être heureux

Et on ne l’est que quand on est deux

Mais cette vie bien solitaire

Je ne l’ai jamais aimée, que puis je-y faire ?

 

J’ai pris ma tête entre mes mains

Je me suis dit « tu rêves de trop »

Pour toi y a pas d’autre chemin

Que celui qui mène, au point zéro

 

J’avais pourtant cru sauver mon âme

J’ai vu mais je me suis trompé de flamme

L’espérance me consume encore et encore

C’est un supplice à chaque aurore

 

J’avais pourtant cru que c’était fini

Que mon mal serait enfin parti

Le remède aurait été tes lèvres

Un baiser aurait baissé ma fièvre

 

J’ai pris ma tête entre mes mains

Je me suis dit « tu rêves de trop »

Pour toi y a pas d’autre chemin

Que celui qui mène, au point zéro

 

J’avais pourtant cru que c’était mon tour

Des siècles, des années, des mois, des jours

Je décompterai toujours en silence

Le temps qui passe en ton absence

 

J’avais pourtant cru voir au fond de tes yeux

Des étoiles brillées oui comme un feu

Faut croire que ce n’était qu’un mirage

Ce si joli sourire sur ton visage

20:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (14)

Commentaires

Bonsoir Seb... Oh il y a des passages que j'adore ds celui-ci... Parfois le rêve permet d'avancer... Merci pr tes encouragements pour mon roman, la suite demain... Tout est en train de se mettre en place, patience... LOL

Bonne nuit...

Bizzz...

Ju...

Écrit par : Petite Lune | 15/06/2010

Répondre à ce commentaire

très beau....
pourquoi y a t il une telle souffrance dans ton coeur???

et un tel sourire sur ton visage.
tu arrives tellement bien à cacher cette peine...

J'aimerais que tu écrives un texte qui te reflèterais quand tu vois des photos de ta soeur et toi...
;) enfin si tu veux....
mais je trouve que quand vous ètes à deux, tu rayonnes ;) qu'elle te booste, qu'elle te tire vers le haut ...

bisous et.... JE VEUX GOUTER TES MUFFINS HEIN ;)
hihihihii...
a bientot

Écrit par : Shirley | 16/06/2010

Répondre à ce commentaire

coucou Sebastien
me revoici par chez moi après avoir été quatre jours sur Paris petit séjour sympathiques, j'ai découvert le musée grevin sympa les doubles en cire des (chanteurs,rois,sportifs,celebrités diverses--) et promendaes dans Paris à pied.
dont le jardin des plantes bien fleurit en ce moment un florilège de bouquets parfumés .

très joli poème.amicalement du troubadour Emmanuel

Écrit par : autresrimes | 16/06/2010

Répondre à ce commentaire

besos, ton texte est marvellous:-) et en écoutant Saez, c'est de la drogue pure pour musicos poétisant :)

Écrit par : Michaeline | 16/06/2010

Répondre à ce commentaire

bonjour seb un superbe texte et ce même s'il est tristounet
allez le soleil est là... il est censé amener la joie et prête à la rêverie bienfaisante
tout gros bisous

Écrit par : Anne Bilou | 16/06/2010

Répondre à ce commentaire

Mon cher ami... Il va falloir t'armer de PATIENCE car le roman fait plus ou moins 700 pages !... LOL...

Bizzz...

Bonne soirée...

Ju...

Écrit par : Petite Lune | 16/06/2010

Répondre à ce commentaire

coucou Seb toujours aussi triste ces textes....j'espere que tu vas bien ...gros bizzzz! encore une semaine et 2 jours avant Indo lol j'ai hate une vrai gosse!!!!
a+

Écrit par : Nadège | 17/06/2010

Répondre à ce commentaire

BON SOIR DU JEUDI ET BESOS

Écrit par : Michaeline | 17/06/2010

Répondre à ce commentaire

BONNE FIN DE JOURNEE

Écrit par : Michaeline | 18/06/2010

Répondre à ce commentaire

je te souhaite un bon weekend et que tout aille bien
gros bisous

Écrit par : Anne Bilou | 18/06/2010

Répondre à ce commentaire

........et je passerai mon temps
A ausculter le vent
Pour savoir où ton rire se perd
En mes points de repères!
BESOS

Écrit par : Michaeline | 19/06/2010

Répondre à ce commentaire

suite à mon article... ;) Merci pour cette réaction.. Je respecte, toutefois, pour quelle raison ces élèves auraient-ils dit non à cette solution puisqu'ils étaient d'accord sur le fonctionnement du socialisme et que cette solution de cotation, est fondée elle même sur le fonctionnement social? En refusant, ils auraient d'office été contre ce fonctionnement pour lequel, à la base, ils se défendent... Ils ont perdus, c'est tout.
ps. je prendrai le temps de lire tes textes lorsque j'en aurai un peu plus l'occasion, ils ont l'air intéressants.
xx Swan.

Écrit par : Swan | 19/06/2010

Répondre à ce commentaire

... J’avais pourtant cru sauver mon âme
J’ai vu mais je me suis trompé de flamme
L’espérance me consume encore et encore
C’est un supplice à chaque aurore

(...)

J’avais pourtant cru que c’était mon tour
Des siècles, des années, des mois, des jours
Je décompterai toujours en silence
Le temps qui passe en ton absence

J’avais pourtant cru voir au fond de tes yeux
Des étoiles brillées oui comme un feu
Faut croire que ce n’était qu’un mirage
Ce si joli sourire sur ton visage

J'adore ces 3 strophes, très très très belles...

Écrit par : Swan | 19/06/2010

Répondre à ce commentaire

LES GANTS BLANCS
SYNONYMES DE NEANTS
NE SONT PAS INTERESSANTS!.
°_°

Écrit par : Michaeline | 20/06/2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.