30/04/2010

Se sont mes larmes qui coulent

Il ne faut pas m’en vouloir

Je ne fais que subir

Les affres de cette histoire

Me poussent à ne plus choisir

 

Aimer à blessé mon cœur

Une fois de trop devrai-je dire

Il n’est d’ailleurs plus que douleur

Il a même cru mourir

 

Moi qui ai si souvent rêvé

J’en ai vraiment perdu le goût

Car je suis comme marqué

Par tous ces nombreux coups

 

Chaque fois ça me fait si mal

A en perdre la raison

Des mots comme l’effet d’une balle

M’a eu pour de bon

 

Elles se forment, déboulent, déroulent

Se sont mes larmes qui coulent

Et moi paumé dans la foule

 

Elles me sont montées aux yeux

Puis elles sont retombées

Oh mon dieu quel triste jeu

Surtout quand on n’aime pas jouer

 

Quelle direction dois-je prendre

Où mes pas doivent ils me mener

Quitte à aller et entreprendre

Une course vers une infini de pointillé

 

J’aurai tout connu je crois

Sauf l’amour, le seul, l’unique

Même si je regarde devant moi

Je n’y vois rien de féérique

 

A trop connaitre les désillusions

On fini par ne plus y croire et penser

Aux blessures qui restent bien au fond

Là ou on ne peut les déloger

 

Elles se forment, déboulent, déroulent

Se sont mes larmes qui coulent

Et moi paumé dans la foule

 

A trop se prendre la tête

On ne chasse aucun de nos doutes

Même si je n’ai pas la recette

Le bonheur doit être ma route

 

Le plus dur sera de le trouver

Ce chemin dans l’inconnu

Des fois tu as cru être arrivé

Mais c’était une voie sans issue

 

A la recherche de ce regard

Qui comblera tout ce vide

En moi on ne peut qu’apercevoir

Qu’une âme triste et livide

 

Mais plus je vois passer le temps

Plus je me dis c’est impossible

Dix ans qu’on me dit soi patient

Serai je mort ou invisible ?

 

Elles se forment, déboulent, déroulent

Se sont mes larmes qui coulent

Et moi paumé dans la foule

20:00 Écrit par ~?~ | Lien permanent | Commentaires (11)

Commentaires

c'était moi auj ca ... ;)
bis bon week end !

Écrit par : ptiote | 30/04/2010

Répondre à ce commentaire

La patience est la plus grande des vertus même si l'impatience prend plus que le dessus souvent
mais aujourd'hui je t'envoie un panier de clochettes en espérant qu'il t'apporte bonheur et joie
bisous

Écrit par : Anne Bilou | 01/05/2010

Répondre à ce commentaire

Mais rien que ton esprit poétique et sensible devrait te faciliter la rencontre d'un nouvel amour , non?
Allez, courage moussaillon !

Écrit par : Edouard | 01/05/2010

Répondre à ce commentaire

ce soir , te lire ME FAIT MAL ...........................TA ZABOU

Écrit par : marylène | 01/05/2010

Répondre à ce commentaire

en effet, les larmes faisaient partie de mon quotidien auj, comme tu pourras le voir sur mon 2e blog.
merci pour ton com ...oui comme toi, je fini par me poser réellement des questions ...
bon week end a ++

Écrit par : ptiote | 01/05/2010

Répondre à ce commentaire

bonsoir Sebastien
tristes larmes en de poètiques et jolies rimes

un coucou parfumé
aux senteurs de muguet
en ce début de mai
A+ d' Emmanuel

Écrit par : autresrimes | 01/05/2010

Répondre à ce commentaire

et Edward a encore raison pour changer pffffffffffffff ne lui dis pas mais je l'adore;-)

Écrit par : marylène | 02/05/2010

Répondre à ce commentaire

re toujours moi fan de tes écrits pas seulement de Saez;-) cooooooooooooooooollllllllllllllllll

Écrit par : marylène | 03/05/2010

Répondre à ce commentaire

EXCELLENTE JOURNEE!
besos

Écrit par : marylène | 04/05/2010

Répondre à ce commentaire

bonjour tu acceptes mes baisers..comme ca en passant sans raison!
xxxxxxxxxxxxxxxxxx

Écrit par : veronique | 04/05/2010

Répondre à ce commentaire

tes larmes sont miennes, bizzzzzzzzzzzzzzzzzzzz

Écrit par : marylène | 05/05/2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.